Le lever du soleil au Pli

Lever du soleil

Le grand terrain

Maintenant, le matin, lorsque nous partons en promenade, il y a du brouillard. Cela nous annonce la fin de l’été ! Le soleil est encore derrière nous et selon l’endroit où nous serons, il y aura un brouillard plus ou moins abondant et surtout, des endroits sombres ou clairs, selon l’endroit et/ou la façon de regarder l’espace dans le champ (devant, sur le côté, derrière, entre les arbres, etc…). Il y a toujours une différence de température et de luminosité  notable entre la maison, le grand terrain et le champ.

Le champ

Dès notre entrée dans le champ, tout devient flou, gris et humide.

Le brouillard semble se diffuser par nappes plus ou moins dense.

 Sur le côté droit, il nous renvoie une impression frémissante du bosquet

 

Les glands, bien visibles et bien accessibles dès que nous nous approchons d’un chêne, font le régal des femelles.

Je m’assoit sur un banc dans le bas du champ et j’attends les 4 pattes qui arrivent tranquillement.

Nous continuons la promenade.  Sur la gauche il y a une haie d’arbres qui nous sépare du champ d’un voisin, et ,sur la droite, comme sur la photo, ce sont les arbres et les graminées de notre champ.

Il y a des plages où  la lumière est moins sombre. D’ici peu, nous pourrons voir le soleil se lever au dessus des arbres

 

Pendant ce temps, les chiens recherchent les odeurs qui semblent plus prononcées par temps brumeux

A moins que cela ne corresponde à la saison des grandes oreilles, car ils vont partir derrière un lièvre ou un lapin. Je ne suis pas assez douée pour faire la différence quand l’animal est en train de fuir avec une meute de léos qui le poursuit silencieusement.  Il courait en ligne presque droite, ne bondissait pas. Visuellement, il était plus gros que mes gros chats, donc 5 kg ou plus et il était seul. Ma meute actuelle est moins bien organisée (et surtout moins nombreuse) que les anciennes. Autrefois, les léos étaient capable de rabattre un lièvre vers le chef de meute malgré sa course en zigzag. Le lièvre(ou lapin) de maintenant a eu plus de chance et Gluck est revenu, le cœur battant la chamade et le train arrière en berne. Europe n’a pas essayé de passer à sa suite dans le trou sous le grillage.

Sur la droite de la photo, une légère coloration indique que le soleil ne devrait plus tarder

Les graminées sont prises dans des toiles qui disparaitront dès que l’humidité ambiante s’estompera

Selon la direction que prend mon regard, c’est encore très sombre ou au contraire, le jour est déjà bien présent.

Le soleil se lève au dessus des arbres

C’est un moment particulier, beaucoup plus éphémère qu’un coucher de soleil

Selon que je regarde à travers les arbres ou dans un espace dégagé, la lumière du soleil se diffuse différemment.

Les variations  semblent s’accélérer, s’intensifier

puis s’atténuer avant d’atteindre l’ homogénéité  du petit matin

Il y a des enchevêtrements de fils qui font plus penser à la fabrication d’un cocon plutôt qu’à une toile d’araignée. Dans ce cas, il va falloir surveiller et vérifier que cela ne se transforme pas en cocon pour de futures chenilles processionnaires

Le retour

Nous voilà de nouveau sur le grand terrain en direction de la maison. Le brouillard disparait progressivement, l’humidité est encore présente mais la journée devrait être belle.

Pour voir l’article dans le journal du Pli du Soleil

Lever du soleil

  • Feedback
  • Feedback
  • Feedback
  • Feedback
  • juin
  • Gluck
  • Gluck
  • Europe
  • Europe
  • Europe
  • Europe et Feedback
  • Europe
  • juin
  • Feedback
  • Europe
  • Gluck
  • Gluck
  • Gluck
  • Gluck
  • Gluck
  • Gluck
  • Gluck

Léonbergs, juin 2018-2

Léonbergs en juin 2018-2

Don Gio

Je regroupe l’ensemble des photos sur la page suivante

Europe

Europe

Europe dans sa cachette derrière la chaise de Michel

Europe

 

Elle attend que Michel lui mette son collier pour retourner vers la maison.

Europe

 

Europe et Feedback

Europe et Feedback

Europe

Europe

 

juin

Feedback

Feedback

Feedback

 

Feedback

 

Feedback

 

Feedback

 

juin

Gluck

Gluck

 

Sous le préau

Plusieurs couchages sont alignés sous le préau. Ils ont des formes et des conforts différents, chaque chien choisit ce qu’il préfère sur le moment.

Gluck

 

Gluck

   

Gluck

 

Dans le champ

Gluck

 

Gluck

Gluck

 

Gluck

 

Gluck

 

Gluck se baisse pour faire des câlins

Gluck et Haendel

Ils s’associent pour monter la garde quand il y a des bruits insolites

Position assimilée à un moment de faiblesse.

Michel  se baisse sans faire attention au x chiens autour de lui. Il s’appuie sur le dos de Feedback, Gluck est en avant. Michel se retrouve en position penchée vers Haendel. Il n’en faut pas plus pour que ce dernier prenne cela pour une demande et se mette à le protéger grondant sourdement en direction de Gluck.

 

Heureusement, Gluck a compris l’état d’esprit du petit et il fait profil bas. Michel va se relever sans avoir réalisé que son geste, mal interprété par Haendel, avait déstabilisé ce mini groupe.

Haendel

Des chevaux passent sur la route. Les chiens courent le long du grillage. Réveillé en sursaut, Haendel a du mal a comprendre ce qui se passe.

 

 

 Haendel et son 1/2 frère Feedback

 

Dans la maison, Haendel réconforte Don Gio

Jarouska

Elle aime bien dormir sous le préau et souvent, elle y passe une bonne partie de la nuit.

  

 

Dans son domaine sous les branches d’arbres

 

Dans le champ

 

 

Jolas

Michel a un sac dans lequel il y a des denrées délicieuses (d’après les chiens). Il est aussi de retour après quelques jours de vacances dans sa famille. Il a donc un accueil doublement chaleureux. Jolas et Europe se disputent la primauté de tout cela, coincées dans le mini espace entre les jambes de Michel et la table de la cuisine. Elles se transforment en une boule de poils tourbillonnante et revendicatrice. Je récupère Jolas, Michel fait de même avec l’autre furie. Fidèle à ses habitudes, Europe a mordu l’oreille de son adversaire, mais, en chienne bien élevée depuis qu’elle vit chez nous, elle ne le fait plus qu’avec modération. Au lieu d’un piercing complet, Jolas n’a qu’une balafre et deux découpes de chaque côté du pavillon.

Elle nous fait comprendre qu’elle est très malheureuse.

Son oreille est chaude et elle la protège.

 

C’est la deuxième fois que les deux chiennes s’affrontent.

 

Dans le champ

 

Jolas pourrait être une adepte des coffee shop, elle se drogue à l’herbe fermentée!

 

La garde de Michel

 Pour voir l’article dans le journal du Pli du Soleil

léos en juin (suite)

  • Jolas

Du 14 au 18 janvier 2018

Don Gio

Au moment du départ en promenade, un groupe de léos heureux ( Jolas, Jarouska, Haendel et Gluck) voulaient me faire fête. Don Gio était sur la trajectoire. Il n’a pas eu le temps de dire ouf, les chiens l’ont bousculé, fait tomber et lui sont passé dessus, le tout sans donner l’impression d’avoir conscience de ce qu’ils venaient de faire. Heureusement, à cet âge, Don Gio est encore bien souple mais il sera « château branlant » pendant quelques jours.

Don Gio se remet relativement bien de la bousculade qu’il a subi, mais, prudemment, il a changé de coin pour monter la garde

Europe

Europe et Feedback

Feedback

Gluck

Haendel

Petite séance pour Haendel et Jolas avec une nouvelle ostéopathe il y a 4 jours. Mentalement, Haendel a un souvenir particulièrement positif des séances qui a eu pendant sa croissance et il a fait le lien avec cette personne. Il s’est donc prêté en toute confiance à la manipulation douce qui lui était proposée.

La position « en vache » soulage le dos

Jolas, Europe et Feedback

Jarouska et Europe

Jarouska

Elle est revenue du champ en boitant fortement de l’arrière. J’ai eu droit au regard du pauvre chien qui a tous les malheurs du monde et à une demande pour partager les privilèges de Jolas dans la chambre.

Jolas

La séance d’ostéopathie faite il y a quelques jours n’a pas apporté de modification visible à son problème, elle démarre toujours sur 3 pattes pour prendre ensuite un rythme plus normal sur 4 pattes. Par contre, sur le plan mental, elle a énormément apprécié « les gros câlins bien doux » essayant même de se glisser entre l’ostéopathe et Haendel au moment de la séance.

La pluie présente depuis plusieurs jours fait que le sol argileux n’absorbe plus l’eau (ou très mal). Le terrain devient glissant comme du verglas ou spongieux. Encore mieux, beaucoup d’endroits se transforme en piscines improvisées. Jolas profite amplement des bains de boue.

Pour voir l’article dans le journal du Pli du Soleil

14/01/2018