Papiers ou pas

Mardi 22 novembre 2016

OLYMPUS DIGITAL CAMERA

Petites réflexions par temps pluvieux

OLYMPUS DIGITAL CAMERA

Je me suis souvent demandé ce qui fait réellement la différence entre un chien avec ou sans papiers en dehors du prix

Je prends comme exemple le léonberg

Un éleveur, un amateur, une famille, un naisseur ou tout autre formule possible, ne peut pas garantir :

  • le futur look en fonction de la génétique. Un chiot peut être très différent du futur adulte, la race est hétérogène en taille, en couleur, en aspect général, en caractère, etc… et les résultats en expositions des géniteurs (comme dans toutes les races) sont souvent biaisés par le soin apporté à la présentation (c’est compréhensible, dans une exposition, le visuel a une grande place mais cela peut être bien différent des qualités reproductrices).
  • la lignée sur x générations. Un peu plus fiable depuis l’introduction des tests génétiques (s’ils sont faits) mais certainement pas sur les générations anciennes. Les éleveurs (comme dans toutes les races) connaissent tous au moins un chien azoospermique père officiel d’une nombreuse descendance, ou des chiots léonberg ressemblant par moitié à une des autres races élevée au même endroit.
  • la santé du futur adulte. Le propriétaire des reproducteurs peut seulement montrer qu’il a essayé de faire au mieux en choisissant des chiens en bonne santé et indemne de maladies héréditaires connues  (ce qui est différent de chiens diplômés), en nourrissant correctement la lice et les chiots, en leur offrant un lieu de vie adapté à leur évolution et en faisant le suivi minimal de départ dans la vie (vaccin, vermifuge, etc.) Cela devrait être l’apanage d’un éleveur « avec papiers » mais ce n’est pas toujours le cas

Automne

 –

J’ai toujours pensé que ce qui restait et pouvait faire la différence entre un chien avec papiers et un chien sans papiers c’était la possibilité d’avoir des renseignements sur les ascendants et les collatéraux. Ces renseignements, quand ils sont fiables, quand l’éleveur les centralise puis les partage en faisant un suivi régulier de ses portées, permettent de faire rapidement la différence entre un problème acquis, congénital ou héréditaire et facilitent le choix d’une approche médicale par exemple ou d’une meilleure compréhension du comportement du chien. Mais pour cela il faut que l’éleveur et les propriétaires restent en contact, et, là aussi, ce n’est pas  toujours le cas.

Automne

 Il y a certainement plein d’autres bonnes raisons mais pour promouvoir l’animal de race mais pour l’instant elles ne me viennent pas à l’esprit

Automne

Quelques discussions sur Facebook ont l’avantage de me faire préciser quelques points de vue.

Pour moi, le prix d’un chiot devrait être tributaire de l’investissement que le propriétaire de la portée apporte :

  • Dans le choix de reproducteurs compatibles et en bonne santé,
  •  Dans le mode de vie conforme à leurs besoins et à leur bien être,
  • Dans  le soin donné à la portée (alimentation, santé, présence humaine, lieu de vie suffisamment spacieux, hygiène etc. ) qui en fera des chiots épanouis et bien dans leurs baskets.

Cette première partie concerne aussi bien des animaux avec papiers ou sans papiers et cela demande un investissement financier et humain identique.

Automne

Ensuite quand une personne recherche une race précise, il faut qu’elle en tienne compte  dans le futur prix. Pour qu’un éleveur consciencieux soit au plus près du modèle standard de cette race (ou d’une logique de sélection de critères quand la race est hétérogène) cela implique un travail de recherche  sur de longues années ainsi que des frais supplémentaires et souvent, les papiers de l’animal sont la seule preuve de ce travail.

Automne

 –

  •  je ne suis pas d’accord sur le prix calqué sur l’usage que l’on fera du chien. La non-conformité à cet usage (compagnie, reproduction ou exposition) pouvant être autant de la responsabilité du vendeur que de l’acheteur et en cas de litige, c’est bien difficile à prouver.
  • Je ne suis pas d’accord non plus pour un prix calculé sur les titres des ascendants car c’est confondre le travail sur la recherche génétique et la santé avec une présentation subjective quelle que soit la motivation des participants

Automne

Cela serait intéressant de recouper ce que le vendeur et l’acheteur mettent comme définition pour différencier « chien de compagnie », « chien reproducteur » ou « chien d’exposition

Pour voir l’article dans le journal du Pli du Soleil

Papiers ou pas