La nature en juillet 2018-2

Nature, juillet 2018-2

Nos voisins-es

Les vaches sont de retour en face de chez nous, les mouches et les taons aussi !

 

Lézard

 Les premiers lézards se promènent sur la maison, signe qu’il commence à faire chaud

Temps capricieux

Nous alternons une température élevée puis le lendemain une dizaine de degrés en moins,  un soleil desséchant et le lendemain la pluie et l’orage,

 

Les corbeaux restent au sommet des arbres malgré l’orage qui approche. Ils ne disparaissent que lorsque la pluie devient importante.

 

Fleurs

La bignone que Michel a planté il y a plusieurs années déjà commence enfin à fleurir

La clématite est toujours en fleurs et Nous avons suspendu juste à côté le géranium lierre qui a été offert à Michel à la ferme.

Le jardin du kiosque reste fleuri mais je ne m’en occupe plus, pas assez motivée et trop fatiguant.

 

 

Les claustras

Quand je m’installe sous la pergola pour lire, les chiens me suivent. En général, Haendel se couche le long du banc, la tête dessous, histoire d’être plus près. Gluck prend le côté claustras, et, comme à son habitude, il s’affale comme une masse… dans les fleurs. Quand il se relève, il y en a une bonne partie de saccagée. Les filles se dispersent, une devant la grille, l’autre dans sa cachette et la dernière se couche derrière le banc.

C’est très agréable pour moi de passer un moment dans cet espace magnifiquement décoré par Laurence Candido.. Actuellement elle prépare un magnifique projet pour l’entrée extérieure de l’enclos des chats

https://lebestiaireimaginairedelaurencecandido.wordpress.com/2018/07/16/nouveau-projet-en-cours-pour-le-pli-du-soleil/

 –

Le champ

J’aime beaucoup l’aspect des graminées le main de très bonne heure

 

Dès que le soleil est un peu plus haut, les couleurs se modifient rapidement

 

 –

Le grand terrain

C’est le point de vue que nous avons au moment de quitter le champ avant de traverser le grand terrain pour rejoindre la maison. Europe le parcourt toujours en laisse depuis l’accident de Be Bop.

 

 

 

Pour voir l’article dans le journal du Pli du Soleil

Nature, juillet 2018-2

  • mésange

Mai 2018, la nature (suite)

Mai 2018, la nature (suite)

Toujours des alternances de soleil, pluie, nuages, orages, chaud ou froid.

Mai 2018, la nature

Cela profite à la végétation. Les deux poteaux qui dépassent ont 6 m de haut.

Mai 2018, la nature

Des fils sont tendus entre eux. J’avais beaucoup critiqué Michel quand il avait installé  (d’après moi) cette « rampe de lancement pour hirondelles »  comme soutien futur pour un rosier qui ne dépassait pas quelques dizaines de centimètres.

Mai 2018, la nature

Actuellement, j’ai une cascade de petites roses jaunes qui montent à l’assaut de  cette rampe.

Mai 2018, la nature

Devant la porte d’entrée de la petite pièce, d’autres variétés de roses commencent à fleurir. Pour l’instant, cette végétation abondante ne semble pas gêner les hirondelles qui entrent et sortent toujours aussi vite.

Mai 2018, la nature

Mai 2018, la nature

Mai 2018, la nature

 Mai 2018, la nature

  Pour les autres fleurs, comme je l’ai déjà indiqué, elles sont décalées dans le temps

Mai 2018, la nature

mais, pour chaque espèce, la floraison est abondante.

 Mai 2018, la nature

 –

Mai 2018, la nature

 Nous avons disposé plusieurs nichoirs pas trop près de la maison pour les mésanges, et, jusqu’à maintenant  elles s’en contentaient. Cette année, elles ont décidé de se rapprocher. Je les retrouve sur les bancs, dans les rosiers, sur le luminaire entre la maison et la pergola.

 

 –

Comme elles ne sont pas trop méfiantes, j’ai attendu pour connaître l’emplacement du nid. Elles ont choisi un coin de mur protégé par l’avancée du toit

 –

 

 

 –

Dans un espace de quelques mètres carrés, couvent des hirondelles (dans la maison), des mésanges (sur le coin du mur) et des rouges-queues (sous l’avancée de la porte d’entrée).

Pour voir l’article dans le journal du Pli du Soleil

Mai 2018, la nature (suite)

  • La nature en mai 2018

La nature en mai 2018

La nature en mai 2018

La nature en mai 2018

 –

 

Le mâle surveille, positionné sur le clou qui dépasse d’un nid

 

 –

La femelle couve depuis quelques jours

 –

 

 

 

Un nouveau couple a visité la pièce. Les deux hirondelles se sont montrées particulièrement bavardes et enthousiastes, comme si elles découvraient la caverne d’Ali Baba. Elles ont testé tous les nids non occupés.

Pour voir l’article dans le journal du Pli du Soleil

Mai 2018, la nature

  • glycine

Le côté répétitif et éphémère de la nature

Le côté répétitif et éphémère de la nature.

Devant le portail

Chaque année, il y a une violette, et une seule, qui pousse devant la boite aux lettres. Il faut bien faire attention car elle ne reste en fleur qu’une journée, il ne faut pas la manquer !

 

A l’ombre d’un arbre, à proximité de la grille d’entrée, il y a un petit regroupement de pâquerettes qui repousse là aussi au même endroit d’année en année et qui disparait lors de la première tonte.

Dans le champ

Les fleurs sauvages

 L’herbe et les fleurs sauvages poussent à vue d’œil. Là aussi, la tondeuse entre en action et Michel nous fait des chemins pour faciliter les promenades.

Les arbres et les buissons

Les promenades sont parfumées, c’est très agréable même si cela veut dire aussi qu’il peut y avoir des réactions allergiques.

 

 

Sur le grand terrain

Après les cerisiers, c’est au tour des pommiers d’être en fleurs

Le petit jardin

Là aussi les arbres, les arbustes et les buissons fleurissent les uns après les autres

Le magnolia

Les lilas blanc et violet

 

 –

Devant la cuisine

 La glycine

 

Pour voir l’article dans le journal du Pli du Soleil

Avril 2018, la nature (fin du mois)