• be Bop sur la bibliothèque

Mes chats et leur contact avec le monde vétérinaire.

Classé dans : La vie au Pli du Soleil | 7

Chats et vétos

Quand la mémoire immédiate flanche, les souvenirs anciens remontent à la surface. C’est bien car on redécouvre plein de pans cachés de notre jeunesse, c’est moins bien car le présent prend un coup de vieux très net et Alzheimer n’est pas loin !

Quand j’étais enfant, nous avions une chatte noire qui ne quittait pas la maison, Il était impensable de faire appel à un vétérinaire pour un problème de santé et je crois qu’elle n’en a jamais eu besoin. Elle était  nourrie avec des restes de table comme le chien.

Dans les années 1970 et plus

Nous sommes dans la banlieue parisienne.  Le chat que nous avons recueilli se fait mordre à la patte par un autre chat, la patte double de volume. Il ne marche plus, reste prostré, ne supporte pas qu’on le touche, il souffre, c’est évident. A cette époque, consulter un vétérinaire était exceptionnel, et,  pour un chat, incongru! Malgré sa douleur ce chat me fait confiance, je le prends dans mes bras et direction le premier vétérinaire pas trop loin que je trouve sur le bottin. Je n’ai pas le choix, ils sont rares. J’ai le souvenir d’une petite salle d’attente froide, vide, quelques chaises,  sans autres ouvertures que les portes et sentant le désinfectant. Visite sans rendez vous, pas de secrétariat,  un  vétérinaire jeune, rondouillard et sûr de lui. Le constat est rapide, il  regarde le chat sans le toucher, me dit qu’il faut couper la patte et comme j’hésite  il insiste en me parlant de tuberculose très contagieuse surtout quand on a des enfants. Mes enfants sont très jeunes, mes finances pas très amples, je ne vois pas un chat vivre  sur 3 pattes et surtout être contagieux. Je demande qu’il  l’euthanasie. Refus outré du vétérinaire. Je repars angoissée avec le chat sur les bras.

Une de mes voisines avait un Doberman. Un vrai, avec papiers, fierté pour sa beauté et ses qualités exceptionnelles, ayant la place d’un enfant dans la maison et un vétérinaire qui venait à domicile. Un aspect relationnel que je ne connaissais pas et que je regardais avec étonnement. La séance de vaccination à domicile  de son chien étant prévue, elle m’envoie son vétérinaire pour qu’il puisse endormir le chat.

Je vois venir un vétérinaire entre deux âges, pas très propre, bourru. J’explique les raisons qui me poussent à cette demande (patte à couper et surtout tuberculose contagieuse). Il euthanasie le chat mais agrémente  son intervention de réflexions à haute voix dont une faisant allusion à ces familles qui ne savent plus quoi inventer pour faire euthanasier leurs animaux quand ils veulent s’en débarrasser et partir en vacances, remarque que je trouve profondément injuste.

Dans les années 1980 et plus

Nous somme en Bourgogne et nous avons une petite chatte blanche aux yeux bleus,  sourde comme un pot. Un autre chat lui mord la patte qui double de volume !

Je cherche dans le bottin un vétérinaire qui pourrait éventuellement la soigner ou l’euthanasier si elle est contagieuse (je n’ai pas oublié la remarque à propos de la tuberculose). J’ai la surprise de découvrir  qu’il y a plusieurs sortes de vétérinaires, il y a même une clinique vétérinaire  ce qui me laisse perplexe, je ne sais pas à quoi cela correspond réellement! Certains sont spécialisés dans les animaux de compagnie d’autres pas. Je téléphone, j’explique le cas à une secrétaire, j’ai un rendez vous et nous voilà avec Michel, la chatte dans un carton dans une salle d’attente vide mais claire et sans odeurs désagréables. Le vétérinaire me semble âgé (mais sûrement plus jeune que moi actuellement !)  Il commence par fermer toutes les fenêtres, prend un gant de protection à mailles de fer, entrouvre le carton avec précaution, chope la chatte terrorisée par la  peau du cou, l’observe de loin, ne parle pas de tuberculose, nous donne des cachets et nous voilà repartis pour de nombreuses années avec notre chatte.

Dans les années 2004 et plus.

Nous avons Opaline.

Elle est vaccinée, pucée, stérilisée et elle a un carnet de santé. Elle mange des croquettes pour chats,  a un arbre à chat dans la maison mais elle peut sortir comme elle le veut. Quand nous allons chez le vétérinaire elle a une caisse de transport. Avant les vaccins, le vétérinaire ouvre la caisse sur la table de consultation, laisse la chatte sortir, la prend par la peau du cou et pique.

A la première blessure à la patte, le vétérinaire fort de sa connaissance des chats et malgré mon avertissement, la chope  brusquement par la peau du cou pour lui faire une piqûre  et se fait entamer profondément un doigt (j’ai connu l’étendu de son vocabulaire !)

Dans les années 2010 et plus

Nous avons en plus, Be Bop et Be Wa

Be Bop se fait mordre à la patte par un autre chat et, comme d’habitude, la patte double de volume.

Visite chez un autre véto.  La salle d’attente est spacieuse, il y a de la lecture, une belle vision sur des sacs de croquettes spécialisées  pour chatons, ou chats  adultes  de tous poils et aux multiples états de santé. Le secrétariat est souriant,  le vétérinaire prend la chatte avec douceur, lui parle,  palpe sa patte, elle se laisse faire ….Il part avec elle dans les bras pour lui faire une radio, revient avec la chatte ronronnant sur son épaule.  Il lui fait une piqûre d’anti inflammatoire, donne des cachets d’antibiotiques (ou l’inverse !), m’explique ce qu’il fait et pourquoi  les morsures par chats s’infectent si vite  et présente la facture assez salée : 1/5 de ma retraite mensuelle.

En 2013

j’ai 5 chattes stérilisées qui vadrouillent ou cocoonent.

Il y a un deuxième arbre à chats dans la pièce, une rampe pour accéder au dessus de la bibliothèque,

be Bop sur la bibliothèque

Elles ont des coussins un peu partout mais elles dorment sur l’ordinateur,

ou sur mon lit à condition de prendre du vermifuge et de l’anti puces. J’ai lu des ouvrages sur leur mode de vie, je sais qu’elles ont des territoires (chasse et lieu de vie), je connais leur caractère, ce qu’elles préfèrent, je les mitraille avec mon appareil de photos, je parle d’elles dans mon journal. Elles mangent des croquettes pour chats, elles aiment les croquettes pour chiens, elles ont de la nourriture ménagère et elles complètent avec ce qu’elles trouvent en extérieur. Elles ont toutes leur carnet de santé et un vétérinaire attitré. Je connais la différence en vétérinaire, Docteur vétérinaire, Cabinet vétérinaire, clinique et hôpital vétérinaire

J’espère qu’elles  seront solidaires et n’auront pas l’idée de se faire mordre par un hypothétique chat de passage  sur leur territoire sinon c’est toute ma retraite qui va y passer !