Mai 2018, la nature (suite et fin)

Nature en mai 2018-3

Mai 2018, la nature (suite et fin)

Les hirondelles

Cette année nous avons mis la pièce à disposition pour les hirondelles plus tardivement, à partir du 6 avril. La raison, c’est qu’elle reste ouverte jour et nuit, et, avec l’âge, nous devenons plus frileux. Par conséquent, la naissance de la première nichée n’a lieu que le 20 mai. Pourtant, j’ai la certitude que les hirondelles sont arrivées dans la région plus tôt, car, depuis le 25 mai, nous avons des visites de nouveaux jeunes couples.

 Nous avons ramassé 7 demi-coquilles sous le nid ou dans la pièce. Je saurai dans 15 jours à combien d’oisillon cela correspond.

Be Bop n’a plus beaucoup de dents depuis son accident. Cela ne l’a pas empêchée de rentrer dans la chambre triomphalement avec une hirondelle dans la gueule. Elle m’a laissé reprendre le petit oiseau. Dès que je suis sortie dehors main ouverte, l’hirondelle s’est envolée. J’espère que les blessures possibles ne seront pas rédhibitoires pour sa survie.

 Mai 2018, la nature (suite et fin)

Les autres oiseaux

 –

 Mai 2018, la nature (suite et fin)

J’ai pensé à un moineau mais il me semble bien élancé!

 –

 –

 Entre les mésanges, les hirondelles, les rouges-queues et cette espèce qui proposent, selon la catégorie,  des chenilles, des mouches ou divers insectes volants à leurs petits, nous n’avons pas besoin de produits phytosanitaires. Je trouve que ces oiseaux nettoient correctement notre jardin et par conséquent nous pouvons leur offrir le gîte dans une partie de la maison ou sou le toit.

 

 

Celui là est plus rondouillard donc plus conforme à l’idée que je peux avoir d’un moineau

La pergola

Nous avons refleuri la pergola devant les claustras où sont posés des peintures de Laurence Candido  Après plusieurs essais, les fuchsias sont les fleurs qui résistent le mieux à cet endroit.

Pour voir l’article dans le journal du Pli du Soleil

Nature en mai (fin)

  • mésange

Mai 2018, la nature (suite)

Mai 2018, la nature (suite)

Toujours des alternances de soleil, pluie, nuages, orages, chaud ou froid.

Mai 2018, la nature

Cela profite à la végétation. Les deux poteaux qui dépassent ont 6 m de haut.

Mai 2018, la nature

Des fils sont tendus entre eux. J’avais beaucoup critiqué Michel quand il avait installé  (d’après moi) cette « rampe de lancement pour hirondelles »  comme soutien futur pour un rosier qui ne dépassait pas quelques dizaines de centimètres.

Mai 2018, la nature

Actuellement, j’ai une cascade de petites roses jaunes qui montent à l’assaut de  cette rampe.

Mai 2018, la nature

Devant la porte d’entrée de la petite pièce, d’autres variétés de roses commencent à fleurir. Pour l’instant, cette végétation abondante ne semble pas gêner les hirondelles qui entrent et sortent toujours aussi vite.

Mai 2018, la nature

Mai 2018, la nature

Mai 2018, la nature

 Mai 2018, la nature

  Pour les autres fleurs, comme je l’ai déjà indiqué, elles sont décalées dans le temps

Mai 2018, la nature

mais, pour chaque espèce, la floraison est abondante.

 Mai 2018, la nature

 –

Mai 2018, la nature

 Nous avons disposé plusieurs nichoirs pas trop près de la maison pour les mésanges, et, jusqu’à maintenant  elles s’en contentaient. Cette année, elles ont décidé de se rapprocher. Je les retrouve sur les bancs, dans les rosiers, sur le luminaire entre la maison et la pergola.

 

 –

Comme elles ne sont pas trop méfiantes, j’ai attendu pour connaître l’emplacement du nid. Elles ont choisi un coin de mur protégé par l’avancée du toit

 –

 

 

 –

Dans un espace de quelques mètres carrés, couvent des hirondelles (dans la maison), des mésanges (sur le coin du mur) et des rouges-queues (sous l’avancée de la porte d’entrée).

Pour voir l’article dans le journal du Pli du Soleil

Mai 2018, la nature (suite)