Les oiseaux

Les oiseaux

Dans l’ensemble, cela se passe bien. Les mésanges, sont gourmandes et quand il n’y a plus assez de graines, elles viennent taper du bec sur les portes ou les fenêtres.

En principe les oiseaux ne devraient pas être attiré par un reflet brillantissime au niveau des vitres, la luminosité en est rompue par des stickers et l’opacité est abondamment activée grâce aux chats et aux chiens, qui bavent sur les vitres ou déposent des traces de pattes boueuses. D’où notre étonnement en entendant un oiseau percuter la fenêtre. Au début il était un peu sonné

Dès qu’il a repris un peu de vigueur, Michel l’a déposé dans la mangeoire d’où il s’est envolé un peu plus tard.

  —

   

Il faut aussi prévoir l’arrivée des hirondelles qui nichent dans la maison.

Chaque année, nous préparons l’intérieur de la maison et  la petite pièce d’accès qui donne sur l’extérieur. Pour cela il faut :

  • mettre un rideau à la fenêtre de la pièce aux hirondelles pour signaler quand elle est fermée, cela serait idiot qu’à l’arrivée, après 7000 ou 8000 kms de vol, l’hirondelle se fracasse dessus.

  • changer la place de la commode sur laquelle les chats prennent leur repas. En hiver elle est sous la fenêtre, dès que les hirondelles arrivent, il ne faut pas qu’elle serve de tremplin pour que les chats les chopent au passage

  • accrocher la balancelle sur le montant de la fenêtre par où les hirondelles entrent,  pour empêcher les chats de stationner dessus.

  • mettre des rideaux de porte pour limiter l’accès à cette seule pièce sinon, elles ont vite fait de rentrer partout et nous les retrouvons perchées dans la chambre ou au dessus de la table de la cuisine avec des chats survoltés qui galopent partout.

  • mettre un rideau de porte épais, anti froid, entre la pièce des hirondelles et notre chambre, la nuit il fait encore 2° à 3° dehors même si, dans la journée, nous montons à 27° côté exposé au soleil.

  • mettre des rideaux devant les portes fenêtres de la maison pour pouvoir les laisser ouvertes

 Cette année, nous aurons à résoudre un casse tête : à partir de 17 h30, les chipies ont accès à toute la maison car il leur faut une vie familiale mais elles ne doivent pas avoir d’ouverture sur l’extérieur en dehors de leur enclos pour éviter de partir côté route ou pour ne pas être mangées par Europe ou pour éviter de se retrouver dans la nature avant d’être stérilisée. Début février, Michel a essayé de trouver une solution sous le regard attentif de Feedback.

 

Cela devrait donner quelque chose de ce style. Nous en testerons l’efficacité début Mars en enlevant le montant de la fenêtre et en fermant le volet. Si au matin nous trouvons les deux chipies confortablement lovées dans un hamac, Michel n’aura plus qu’une quinzaine de jours pour trouver une autre solution. La première hirondelle est arrivée l’an dernier le 19 mars.

 

   –

Pour voir l’article dans le journal du Pli du Soleil

Les oiseaux

6 Responses

  1. Josette Just

    Quel le organisation, vous êtes top, et votre mari s’investit avec tant d’ingéniosité. L’ arrivée des hirondelles est attendue par tous les habitants du Pli, mais pas pour les mêmes objectifs

    • Bernadette

      Nous avions envisagé de leur mettre des nids sous le préau mais, au moment de l’éclosion des œufs, les pies viennent jusqu’au pas de la porte, c’est trop dangereux.

  2. Clo de Tahiti

    Je suis impressionnée par le côté Mac Gyver de Michel , quelle imagination 😀

  3. catherine

    c’ est tout un programme et une sacrée organisation pour tout ce petit monde ; mais MICHEL a toujours la solutoin
    aux probleme; le petit verdier c’ est bien remis de ses emotions ; super ; pleins de calins aux 4 pattes

    amicalement a vous BERNADETTE et a MICHEL

    • Bernadette

      Pas évident quelquefois de faire cohabiter des animaux qui sont « prédateurs » ou « prédatables »

Laissez un commentaire