La nature en août 2018

Août 2018-2

Les arbres fruitiers

 Il y a déjà plusieurs années, à l’entrée du champ, nous avions planté des arbres fruitiers. Certains sont morts rapidement, d’autres ont pris leur temps. Nous les laissons se débrouiller, ils subissent la pluie, le soleil, les inondations du terrain et la sécheresse de la terre argileuse. Quelques arbres ne se sont pas remis des entailles sur la base du tronc par la tondeuse. Par endroits, Michel a rajouté du grillage pour sauvegarder l’intégrité des jeunes arbres. Tout cela pour dire que nous ne sommes pas des cultivateurs, même amateurs. Quelques arbres commencent à donner des fruits après avoir végétés un très long moment. Notre connaissance des arbres étant limite et le souvenir de ce que nous avons planté est aussi limite. Seuls les fruits, quand il y en a nous indique la nature réelle de ce que nous avons planté.

Un pommier

Un arbre indéterminé

Là, j’étais persuadée que nous avions planté un prunier. Au bout d’une dizaine d’année nous avons enfin des fruits. Cela donne pour certaines branches, quelque chose qui ressemble à des nèfles

et pour d’autres branches du même arbre quelque chose qui ressemble à des poires

 

Le pied de vigne

L’an dernier il y a eu une petite grappe. Cette année, il y en a beaucoup mais la vigne semble en mauvais état. Jarouska adore manger le raisin vert, je n’aurai certainement pas l’occasion de dire si la production était bonne

Le saule pleureur

Les vinaigriers

A la tombée de la nuit

 

Pour voir l’article dans le journal du Pli du Soleil

août 2018_2

6 Responses

  1. halphie

    Superbes arbres…Amis protecteurs qui nous voient passer un temps dans leur vie !
    Bel hommage…Belles photos ! Merci !

    • Bernadette

      j’ai lu plusieurs livres passionnants de Françis Hallé sur les arbres, cela change complètement le regard que l’on peut avoir sur eux

  2. Patricia

    Il existe actuellement des sorties organisées par certaines associations, permettant aux gens de se ressourcer en enlaçant des arbres ou tout simplement en faisant des balades en étant à l’écoute de la nature… Et cela semble très bien fonctionner.

    Amicalement.

    • Bernadette

      Le contact avec la nature me semble une compensation indispensable pour contrebalancer l’impact souvent destructeur, émotionnellement parlant, de la vie moderne

  3. catherine

    les arbres sont splendides ;c’est bien un poirier ;et c’est un refuge pour les oiseaux qui mangent les fruits .

    amicalement

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.