Hirondelles, évolution de la nichée

Evolution de la nichée

Le 20 juillet 2018 les oisillons de la nichée ont 14 jours.

Le duvet en éventail au dessus de crâne a disparu. Les plumes poussent et forment, chez les moins matures, des plumets autour de l’arrondi de l’aile .

La becquée s’apparente au gavage des oies, les adultes enfoncent le plus loin possible ce qu’ils ont récolté pendant leur vol.

Pour l’instant, ma présence ne gène pas si je ne me montre pas démonstrative. Dans quelques jours, les petits vont apprendre à se méfier. Lorsque les parents les avertiront avec deux cris stridents « tsi-tsi », ils s’enfonceront aussitôt dans le nid. A ce moment là, le miaulement des chats, les corbeaux ou corneilles, les pies et même ma présence seront signalés comme danger potentiel. C’est le signe précurseur d’un envol qui se rapproche. Quand les parents des chiots en ont la possibilité (vie quotidienne avec eux dans un espace suffisant) la mère (ou le couple, ou les chiens du groupe) transmettent le même apprentissage, en général vers 7 ou 8 semaines. J’ai toujours pensé qu’un chiot qui quittait son lieu de vie vers cet âge pouvait  rester craintif s’il n’a pas bénéficié de la phase éducative suivante qui est de faire le tri dans le connu et l’inconnu.

  –

Quand je photographie, je le fais la plupart du temps en étant près de cette porte. Lorsqu’un adulte (le plus souvent le mâle) se positionne ainsi, je ne peux plus photographier les oisillons à moins de le faire fuir, ce que je ne veux pas. Je me demande s’il pense comme moi que c’est le meilleur point de vue sur la nichée ou s’il utilise cet endroit pour démotiver les indésirables (moi et/ou les prédateurs)

Le 21 juillet 2018 les oisillons de la nichée ont 15 jours.

J’ai l’impression qu’il s’agit d’une petite nichée avec 4 oisillons. La nichée la plus nombreuse, en 2016 avait 8 oisillons. La plupart du temps, il y en a 6.

 Pour la nichée précédente, l’envol s’est fait 20 jours après l’éclosion du premier œuf. Je note les jours pour cette nichée mais j’ai l’impression qu’ils ne sont pas pressés de voler.

Les oisillons se montrent curieux chaque fois que les parents les y autorisent. Quand je prends ces photos, il y a toujours un des deux adultes pas trop loin et il y a aucune alerte négative.

 

 

 –

 

Réaction quand l’ombre d’un parent passe devant la fenêtre envoyant son ombre sur le nid

Le 22 juillet 2018 les oisillons de la nichée ont 16 jours.

Il y a 3 oisillons visibles et un adulte (très flou), complètement à droite sur la photo, qui surveille.

 

 

 –

Quand ils se dressent ainsi, cela veut dire qu’ils vont bientôt pouvoir lisser les plumes de leurs ailes. Elles doivent être parfaitement propres pour voler.

 

 

Le 23 juillet 2018 les oisillons de la nichée ont 17 jours.

Le père de la nichée

La famille au complet

Le 24 juillet 2018 les oisillons de la nichée ont 18 jours.

Rien de spécial aujourd’hui, les petits ne quittent pas leur nid et les adultes surveillent. De plus, comme il a fait très chaud, tout le monde s’est reposé. Quand je suis sous la pergola, j’aperçois les gamelles des chiens qui ont de l’eau fraiche, les oiseaux viennent boire dedans. Les pies et les corneilles préfèrent boire dans l’enclos d’Europe.

 –

Le 25 juillet 2018 les oisillons de la nichée ont 19 jours.

 

 

Le 26 juillet 2018 les oisillons de la nichée ont 20 jours.

Ils commencent à voler. Voici le premier qui se pose sur la porte

 

Pui un deuxième sur la porte et un sur le carillon

 

Le quatrième est un peu maladroit.

Je commence par le récupérer par terre dans un coin sombre et peu accessible

puis sur un meuble

sur le haut de la fenêtre

Sur une planchette ou il se sent en sécurité car il y a un nid. Un des parents le sureveille pendant que l’autre part lui chercher à manger.

Enfin, le voilà sur le rebord qui donne directement dehors. C’est la vue de l’intérieur de la pièce aux hirondelles

 

Vue de l’extérieur, on dirait une hirondelle pingouin.

 

Une fois dehors, les oisillons se réfugient sur une poutre.

 Les parents vont faire du sur place pour les encourager à voler un peu plus loin

 

 –

Cela va marcher pour trois d’entre eux, qui volent, s’éloignent, reviennent se poser sur la poutre, mais, là aussi, il y en a un qui ne décolle pas. le père (reconnaissable à ses filets plus longs) va employer les grands moyens. Il attrape l’oisillon par le dos

 

 et il le bascule dans le vide, sous le regard attentif de la mère

 

En fin de journée, ils rentrent dans la pièce et se couchent dans le premier nid libre à côté du leur. Les parents s’adaptent et nous aussi, nous mettons un deuxième carton sur le sol et sous ce nid pour les déjections des petits.

Le 27 juillet 2018 les oisillons de la nichée ont 21 jours.

 Ce matin, ils se sont alignés sur la porte pour réclamer à manger

 

De gauche à droite, les 4 oisillons, leur mère et leur père

 

 

Le 28 juillet 2018 les oisillons de la nichée ont 22 jours.

Tant qu’ils demanderont à manger les parents les nourriront. Ils s’installent vers 17 h dans leur nid. Ils ne se trompent plus et prennent le bon.

 

Pour voir l’article dans le journal du Pli du Soleil

Hirondelles, juillet-3

10 Responses

  1. marie-do

    C’est super de nous faire suivre ainsi l’évolution d’une nichée !j’aime beaucoup « l’hirondelle-pingoin »…Que les vents leur soient favorables ds leur future migration!

    • Bernadette

      Il y a beaucoup de points communs entre une nichée d’hirondelles et une portée de chiots, cela m’a toujours amusé de le constater. Mais les hirondelles, c’estquand même moins contraignant et moins fatiguant pour nous 🙂

  2. Laurence

    Merveilleux Bernadette de suivre cette nichée d’hirondelles ( vos petits ! ) à travers vos photos !

    • Bernadette

      A force de les avoir dans la maison, je fais un méga transfert sur la nichée, un peu comme s’il y avait une portée de mini léonbergs ailées 🙂 🙂

  3. halphie

    J’adore les photos de famille avec tous les becs ouverts qui reclament et celles de toute la famille sur le haut de la porte…. Merci !

    Je suis d’accord avec vous sur l’apprentissage des 7 et 8 semaines…
    là où je pense differemment …c qu’il est bon justement qu’ils aient le bon apprentissage…a savoir celui de la tribu d’arrivée…

    Quand il y en a une, il convient d’embarquer le BB le plus tot possible pour que l’apprentissage des us et coutumes…des dangers… soit fait dans la nouvelle famille…

    Quand il n’y a que des humains…inexperimentes peut etre…de plus…la il faut peut etre que le BB reste plus longtemps chez ses parents …

    Exception faite des BB que l’eleveur plus ou moins productif laissera vivre au coeur de sa meute loin de la famille humaine..

    A condition aussi que ceux ci aient le meme mode de vie…de philosophie… que celui des adoptants …
    sinon il risque d’y avoir des troubles…
    d’abord chez les humains ….qui par la suite communiqueront leur mal etre au chien ….qui ne comprendra rien a ce qu’il se passe…et sera totalement desorienté et reagira a contre temps et a contresens ….

    Bonne et longue vie a votre nouvelle nichée …et bon voyage a elle….

    Bizhoux !

    • Bernadette

      Vous soulevez un problème récurrent : qu’est ce qui est le mieux pour le départ d’un chiot, avant les 8 semaines ou après. Il y a des arguments pour les deux choix, tout dépend de l’implication bonne ou mauvaise de l’éleveur ou du futur propriétaire

  4. Patricia

    J’adore vos photos de petits becs affamés 🙂 … Vous croyez que l’intervention « musclée » du papa hirondelle est transposable chez l’humain pour aider le petit jeune à quitter le nid familial ? Lol !!
    Amicalement.

    • Bernadette

      J’ai toujours pensé que l’observation du comportement de nos animaux était un bon exemple pour décrypter celui des humains 🙂 🙂

  5. catherine

    les photos des bbs qui attendent le casse -croute sont craquantes ;le papa emploie les grands moyens pour ce pauvre bb qui n’est pas tres rassuré pour prendre son envole ;bonne route pour tous ses petitset l’annee prochaine il reviendront chez vous pour fonder une famille

    amicalement a vous BERNADETTE et a MICHEL

    • Bernadette

      C’est passionnant de constater les moyens employés par les animaux pour aider leurs petits à franchir le pas de l’émancipation et c’est intéressant de le comparer à notre comportement humain

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.