Commentaires sur les standards

zelie15051035

Commentaires  à propos du Standard

Il n’y a qu’un standard officiel par race. 

C’est le pays d’origine de la race qui en est le détenteur et lui seul qui peut le modifier.

Toute version interprétée, même présentée par un club officiel de race sur un site n’est pas valable.

Sur la page Standard du léonberg, je n’ai apporté qu’une mise en page sans modification du contexte.

 Pour le léonberg, c’est l’Allemagne qui détient le standard. L’original du texte est donc en allemand.

 Pour chaque pays, la FCI confie la traduction à des traducteurs officiels.

Pour la France et pour le léonberg, ce sont le Dr. J.-M. Paschoud et  le Prof. R. Triquet qui ont été chargés  de cette traduction et c’est la seule valable en cas de contestation (par exemple,  une confirmation refusée, un résultat d’exposition, etc.).

Chaque mot est pensé, pesé et n’est pas employé par hasard.

  • Le standard représente un idéal mais l’idéal n’est pas de ce monde.
  • Un standard trop strict ne permettrait pas une variable suffisante de reproducteurs, ou même, pas de reproducteurs du tout.
  • Le standard tient compte  de l’évolution naturelle possible et de l’évolution de la mode.

D’où l’utilisation de mots d’expressions ou de descriptions qui laissent un flou artistique : « modérément », « plutôt », « légèrement », « un peu », « si possible », « recherché »….

Cela laisse la  porte ouverte à des sélections diverses, d’un pays à l’autre, d’une région à l’autre, d’un club à l’autre, d’un juge à l’autre ,  sans que les uns aient plus raison que les autres.

 –

Une autre façon de lire un standard

Il est intéressant de constater que les personnes qui décident du standard d’une race sont plus précises pour décrire ce qu’elles n’aiment pas ou ne veulent dans cette race, c’est à dire quelque chose qui est bien présent sur un nombre suffisant de chiens pour décider qu’on en veut plus, ou des points communs avec d’autres races voisines comme le port du fouet, la forme de la tête, la couleur des yeux la forme des paupières, le caractère etc.

Par exemple :  » La peau est partout bien appliquée ; pas de rides sur le front » Ce qui peut se traduire par « on trouve pas mal de léonbergs avec un costard trop grand et un front plissé et ce n’est pas ce que l’on recherche »

Et maintenant amusez vous à relire un standard en inversant les préférences et vous aurez un panel de tout ce que l’on peut côtoyer dans le monde du Léo.

 –

Points communs à toutes les races

Dans tous les standards , la  présence de monorchidie  ou d’anomalie testiculaire est constatée : « Les mâles doivent avoir deux testicules d’aspect normal complètement descendus dans le scrotum. »

Dans tous les standards on peut constater une évolution au niveau du nombre de dents, de leur articulé et de la position des mâchoires.

Selon l’importance  de la présence du « défaut » dans la race, par exemple,  pour la mâchoire :

  • on refuse à la reproduction le chien prognathe
  • ou on le tolère
  • ou, si cela a pris trop d’importance on le recherche.

Cette position de la mâchoire  n’est pas encore trop présente chez le léonberg donc elle est refusée sur les reproducteurs.

Il en sera de même pour

  •   l’articulé en pince qui est « admis » chez le léonberg, ce qui veut dire qu’il y en a un nombre important
  • l’absence des M3 qui est « tolérée » au niveau dentaire, le nombre de chiens atteints est moins important .
  • Pas de rétrécissement de la mandibule au niveau des canines, on doit considérer que le nombre de chiens porteur de ce « défaut » est insuffisant par rapport au nombre de reproducteurs indemnes pour qu’on ne l’accepte pas  officiellement

Les standards font la différence entre

  • un défaut  qui laisse une grande marge d’interprétation à un juge ou même à un éleveur dans sa sélection : « Tout écart par rapport à ce qui précède doit être considéré comme un défaut qui sera pénalisé en fonction de sa gravité et de ses conséquences sur la santé et le bien être du chien. »
  • un défaut entrainant l’exclusion  : liste très hétérogène chez le léonberg, allant de la santé à un simple choix esthétique pas toujours justifié.

Légitimité d’un standard de race en France

: » Au dessus de toutes les lois, il y a le droit international avec les traités internationaux puis les conventions européennes. Vient ensuite le droit français avec au sommet, la Constitution française de la 5° République, puis les lois, les règlements et les conventions collectives. Les standards de race n’appartiennent à aucune des catégories citées précédemment et ne sont pas opposables aux juges de la République. Le standard de race n’a donc pas valeur de texte légal. » (citation de Patrick Rassat).

 –

Les dérives de la sélection Phénotypique


Chiens de race – Maîtres fous (diffusion France… par Respect_Animal

Chiens de races, maîtres fous

Laissez un commentaire