Hirondelles, évolution de la nichée

Evolution de la nichée

Le 20 juillet 2018 les oisillons de la nichée ont 14 jours.

Le duvet en éventail au dessus de crâne a disparu. Les plumes poussent et forment, chez les moins matures, des plumets autour de l’arrondi de l’aile .

La becquée s’apparente au gavage des oies, les adultes enfoncent le plus loin possible ce qu’ils ont récolté pendant leur vol.

Pour l’instant, ma présence ne gène pas si je ne me montre pas démonstrative. Dans quelques jours, les petits vont apprendre à se méfier. Lorsque les parents les avertiront avec deux cris stridents « tsi-tsi », ils s’enfonceront aussitôt dans le nid. A ce moment là, le miaulement des chats, les corbeaux ou corneilles, les pies et même ma présence seront signalés comme danger potentiel. C’est le signe précurseur d’un envol qui se rapproche. Quand les parents des chiots en ont la possibilité (vie quotidienne avec eux dans un espace suffisant) la mère (ou le couple, ou les chiens du groupe) transmettent le même apprentissage, en général vers 7 ou 8 semaines. J’ai toujours pensé qu’un chiot qui quittait son lieu de vie vers cet âge pouvait  rester craintif s’il n’a pas bénéficié de la phase éducative suivante qui est de faire le tri dans le connu et l’inconnu.

  –

Quand je photographie, je le fais la plupart du temps en étant près de cette porte. Lorsqu’un adulte (le plus souvent le mâle) se positionne ainsi, je ne peux plus photographier les oisillons à moins de le faire fuir, ce que je ne veux pas. Je me demande s’il pense comme moi que c’est le meilleur point de vue sur la nichée ou s’il utilise cet endroit pour démotiver les indésirables (moi et/ou les prédateurs)

Le 21 juillet 2018 les oisillons de la nichée ont 15 jours.

J’ai l’impression qu’il s’agit d’une petite nichée avec 4 oisillons. La nichée la plus nombreuse, en 2016 avait 8 oisillons. La plupart du temps, il y en a 6.

 Pour la nichée précédente, l’envol s’est fait 20 jours après l’éclosion du premier œuf. Je note les jours pour cette nichée mais j’ai l’impression qu’ils ne sont pas pressés de voler.

Les oisillons se montrent curieux chaque fois que les parents les y autorisent. Quand je prends ces photos, il y a toujours un des deux adultes pas trop loin et il y a aucune alerte négative.

 

 

 –

 

Réaction quand l’ombre d’un parent passe devant la fenêtre envoyant son ombre sur le nid

Le 22 juillet 2018 les oisillons de la nichée ont 16 jours.

Il y a 3 oisillons visibles et un adulte (très flou), complètement à droite sur la photo, qui surveille.

 

 

 –

Quand ils se dressent ainsi, cela veut dire qu’ils vont bientôt pouvoir lisser les plumes de leurs ailes. Elles doivent être parfaitement propres pour voler.

 

 

Le 23 juillet 2018 les oisillons de la nichée ont 17 jours.

Le père de la nichée

La famille au complet

Le 24 juillet 2018 les oisillons de la nichée ont 18 jours.

Rien de spécial aujourd’hui, les petits ne quittent pas leur nid et les adultes surveillent. De plus, comme il a fait très chaud, tout le monde s’est reposé. Quand je suis sous la pergola, j’aperçois les gamelles des chiens qui ont de l’eau fraiche, les oiseaux viennent boire dedans. Les pies et les corneilles préfèrent boire dans l’enclos d’Europe.

 –

Le 25 juillet 2018 les oisillons de la nichée ont 19 jours.

 

 

Le 26 juillet 2018 les oisillons de la nichée ont 20 jours.

Ils commencent à voler. Voici le premier qui se pose sur la porte

 

Pui un deuxième sur la porte et un sur le carillon

 

Le quatrième est un peu maladroit.

Je commence par le récupérer par terre dans un coin sombre et peu accessible

puis sur un meuble

sur le haut de la fenêtre

Sur une planchette ou il se sent en sécurité car il y a un nid. Un des parents le sureveille pendant que l’autre part lui chercher à manger.

Enfin, le voilà sur le rebord qui donne directement dehors. C’est la vue de l’intérieur de la pièce aux hirondelles

 

Vue de l’extérieur, on dirait une hirondelle pingouin.

 

Une fois dehors, les oisillons se réfugient sur une poutre.

 Les parents vont faire du sur place pour les encourager à voler un peu plus loin

 

 –

Cela va marcher pour trois d’entre eux, qui volent, s’éloignent, reviennent se poser sur la poutre, mais, là aussi, il y en a un qui ne décolle pas. le père (reconnaissable à ses filets plus longs) va employer les grands moyens. Il attrape l’oisillon par le dos

 

 et il le bascule dans le vide, sous le regard attentif de la mère

 

En fin de journée, ils rentrent dans la pièce et se couchent dans le premier nid libre à côté du leur. Les parents s’adaptent et nous aussi, nous mettons un deuxième carton sur le sol et sous ce nid pour les déjections des petits.

Le 27 juillet 2018 les oisillons de la nichée ont 21 jours.

 Ce matin, ils se sont alignés sur la porte pour réclamer à manger

 

De gauche à droite, les 4 oisillons, leur mère et leur père

 

 

Le 28 juillet 2018 les oisillons de la nichée ont 22 jours.

Tant qu’ils demanderont à manger les parents les nourriront. Ils s’installent vers 17 h dans leur nid. Ils ne se trompent plus et prennent le bon.

 

Pour voir l’article dans le journal du Pli du Soleil

Hirondelles, juillet-3

  • Europe a 9 ans

Europe a 9 ans

Europe a 9 ans

Elle est sans papiers mais, d’après son carnet de santé nous savons qu’elle est née le 22/07/2009.Nous l’avons adoptée le 30/05/2016 en même temps que Feedback, Europe a 9 ans le 22/07/2018.

Son site

Sa raison de vivre

Elle attend Michel et elle surveille toutes les voitures.

La voiture de Michel

Je ne sais pas pourquoi les chiens ont du mal à identifier le son de la nouvelle voiture de Michel. Pourtant cela fait 6 mois qu’il s’en sert. Ils  reconnaissaient le son de l’ancienne au milieu de toutes les autres et bien avant qu’ils ne puissent la voir. Actuellement, leur unique point de repère semble être le mode de conduite. Nous habitons le long d’un tronçon de route étroit mais bien droit avec un tournant visible tardivement, seulement quand les voitures sont à la hauteur du chemin qui donne sur l’entrée de la maison. Ce qui fait que, chaque fois qu’ils entendent une voiture qui freine brutalement, ils sont persuadés que Michel arrive et qu’il va prendre le chemin. Un groupe hurlant, gémissant et trépignant se précipite dehors pour l’accueillir. Europe en tête et Haendel en queue, hurlant à plein poumons pour expliquer qu’il n’a pas encore réussi à décoller son popotin du sol mais qu’il participe à l’action commune.

L’attente de Michel

Elle se couche le long de cette grille d’où elle peut voir le portail facilement et par conséquent l’arrivée de l’homme de sa vie. Cette facilité de vision lui permet de modérer provisoirement sa vigilance.

 

Le reste du temps

Depuis le décès de son compagnon Feedback, il a fallu qu’elle surmonte sa déprime. Haendel, comme à son habitude, est prêt à la soutenir contre vent et marée au point qu’il devient difficile de savoir si l’expression d’Europe correspond à une grande tristesse liée à la perte de son compagnon ou à une grande lassitude liée à cette intrusion dans sa sphère perso.  Gluck ne fait pas mieux, il lui explique, chaque fois qu’il en a l’occasion, qu’il la trouve très belle et qu’il est fin prêt à le lui expliquer de façon plus intime.

 

La boiterie

Ses expressions  et ses attitudes varient en fonction du moment. Chaque fois qu’elle pense être en faute elle accentue fortement sa boiterie. Je ne sais pas si c’est l’épaule droite ou la gauche qui a été abimée lors de son accident contre une voiture dans sa jeunesse (ce n’est pas précisé sur son carnet de santé). Quelquefois, je me demande si elle ne le sait plus car elle doit avoir mal des deux côtés : celui qui a été blessé et celui qui compense. Quand elle est heureuse, elle court de façon très fluide.

 

 

 

Elle imite le port de tête de Jolas

Elle copie aussi son mouvement hollywoodien de crinière avec envolée dans l’espace des poils au dessus des oreilles .

 C’est moins spectaculaire car la pilosité n’est pas bien abondante chez elle, mais l’intention y est

Pour voir l’article dans le journal du Pli du Soleil

Europe, 9 ans

  • Dièse

Chats en juillet 2018-2

Chats, juillet 2018-2

Les fenêtres

Le grillage devant une fenêtre ouverte a présenté une forte attraction pour les chats, surtout pour les chipies. Elles ont pourtant une vue similaire et directe depuis leur enclos. Cet intérêt commence à se tasser.

 

Hérisson

Michel a trouvé un hérisson chez les chats. Il l’emporte chez notre voisin écolo, il sera ravi de l’avoir.

Réflexion faite, si un hérisson est entré chez les chats, cela veut dire qu’il y a un passage. Je fais part de mon inquiétude à Michel. Pour lui, c’est normal puisqu’il a enlevé une souche contre le grillage. Je trouve mes chats bien sympas de ne pas en avoir profité.

Dans l’enclos

Be Bop

 

 

(

 –

Be Wa

 Je dois la chercher dans un petit coin discret, loin de l’agitation des chipies. Dans la chambre, au contraire, elle a très souvent, une, voir les deux chipies à côté d’elle.

  

Dièse

Comme j’ai dérangé Be Wa elle est partie chercher un coin encore plus discret et Dièse a pris sa place

Je me déplace et Dièse me suit. Elle a envie de communiquer et elle se roule dans l’herbe

 

Ce comportement s’adresse à moi,  mais une chipie le prend comme une invitation à jouer, message envoyé habituellement par Be Bop.

La chipie lui saute dessus, complètement en confiance. J’ai le temps de fixer l’expression  de bébé joueur étonné de Dièse. Elle se relève outrée, car il y a maldonne :  jamais au grand jamais, il n’a été question de fraterniser à ce point avec une chipie ou même avec un chat quelconque, parole de Dièse !

 

Les chipies

En garde rapprochée de Be Bop

 –

 

 

 

 

Pour laisser un commentaire, vous avez une version blog

  • Jolas

Leonbergs en juillet 2018-2

Léos, juillet 2018-2

Gluck

 

L’accordéon

J’ai souvent eu des léonbergs qui faisaient l’accordéon avec leur corps selon leurs humeurs. Gluck ne fait pas exception à la règle. Quand il est content, il a tendance à baisser son corps et l’allonger le plus possible. Il rentre visuellement dans un rectangle rallongé et il se met à ressembler à un teckel géant.

Par contre, lorsqu’il déprime, il  se contracte.  la longueur diminue, la largeur s’épaissit, il se transforme en gros nounours timide et volumineux qui s’inscrit presque dans un carré.

 

Il recommence un début d’allongement en m’apercevant

Le coussin

Nous l’avions acheté pour Blue pour soulager sa fin de vie. Les rebords étaient fortement appréciés mais la partie couchage trop moelleuse, hyper confortable pour dormir s’avérait redoutable pour un chien château branlant quand il voulait s’en extirper. Nous l’avons modifié en fonction des besoins et des demandes des chiens âgés ou malade. Progressivement, il a été reconditionné en utilisant 3 couchages différents, usés jusqu’à la corde, mais le tout semble correspondre au summum du confort canin.

 

Dans le champ

 

 

Gluck et Haendel

Quand Haendel déprime, Gluck répond présent et il lui fait une toilette générale comme s’il avait un petit chiot à débarbouiller. Tout y passe, les oreilles, les yeux, les babines et même le fourreau ! Haendel apprécie beaucoup et il en redemande.

 –

Haendel

Il est tristounet mais n’oublie pas de se montrer compassionnel vis à vis des autres chaque fois que cela lui semble nécessaire.

Il me raconte sa vie, il la raconte aussi à toutes les personnes qui téléphonent, à ceux qui se déplacent dans la pièce, aux chats quand il les croise, bref, c’est un bavard très volubile.

Il a des moments de réflexions intenses d’où sort un comportement imprévisible ou des associations inattendues

Santé

Haendel a des abcès sur le fouet comme cela peut arriver à de très vieux chiens. Ce n’est pas de son âge mais il faut s’attendre à tout de sa part.

Le 22 mai, je prends une photo de son fouet. L’emplacement du premier abcès est remplacé par une grosseur cornée sans poils. Juste en dessus une autre grosseur plus petite.

L’ancienne grosseur, diminue de volume, commence à se friper et celle d’en dessous prend un peu de volume . Un matin je retrouve Haendel qui saigne et Gluck qui le confond avec une femelle en chaleur. Il devait y avoir une correspondance entre les deux abcès. Je soigne, l’ensemble prend une meilleure allure et, mi-juin, cela est même en bonne voie, je n’ai plus besoin de mettre une bande de protection.

Mi-juillet, pense que je peux considérer que le deuxième abcès sur son fouet est en voie de guérison jusqu’à la prochaine fois. Il ne reste plus qu’un petit point rouge que je ne soigne plus du tout. Les trous sont remplacés par une zone cornée sur laquelle le poil ne pousse plus.

 Dans le champ

Haendel a le museau en l’air de plus en plus souvent quand il se déplace. Il peut y avoir plusieurs raisons à cette attitude chez un chien.

Le plus banal, c’est qu’il renifle une odeur.

 

Chez Haendel cela peut aussi indiquer une association entre le beau temps et la possibilité de montgolfières qui l’angoissent.

 Il n’a pas tort car le lendemain soir, il y en a une qui passe au dessus de la maison

Mais, plus ennuyeux, il peut avoir des difficultés pour respirer et, dans ce cas, cela doit être ajouté à la liste de symptômes d’un vieillissement précoce, comme les abcès sur la queue, la truffe qui se craquèle quand j’oublie de la badigeonner avec du Cérat de Galien, les blocages divers et variés de son squelette depuis l’âge de 5 mois et la nébulosité aléatoire de son cerveau. Ce ne sera que lorsqu’il nous quittera que nous saurons si cela a affecté sa longévité.

En attendant, je préfère le cataloguer dans la catégorie « pur gaulois qui craint que le ciel lui tombe sur la tête »

Quand je me moque gentiment de lui, cela active les rouages de ses neurones

 

 

 

 –

 

Jarouska

Le petit coup de blues est arrivé mais elle va essayer de la surmonter

 

Pour cela, il n’y a qu’une solution, accentuer le moment bisous avec moi le matin puis, suivre Michel un peu partout quand il est dans les parages

 

 

Dans le champ

 

 

 

Jolas et Gluck

 

Jolas et Jarouska

 

 

Jolas

 

 

Le mouvement hollywoodien de crinière avec envolée dans l’espace des poils au dessus des oreilles .

 

 

Pour voir l’article dans le journal du Pli du Soleil

Léos, juillet 2018-2

La nature en juillet 2018-2

Nature, juillet 2018-2

Nos voisins-es

Les vaches sont de retour en face de chez nous, les mouches et les taons aussi !

 

Lézard

 Les premiers lézards se promènent sur la maison, signe qu’il commence à faire chaud

Temps capricieux

Nous alternons une température élevée puis le lendemain une dizaine de degrés en moins,  un soleil desséchant et le lendemain la pluie et l’orage,

 

Les corbeaux restent au sommet des arbres malgré l’orage qui approche. Ils ne disparaissent que lorsque la pluie devient importante.

 

Fleurs

La bignone que Michel a planté il y a plusieurs années déjà commence enfin à fleurir

La clématite est toujours en fleurs et Nous avons suspendu juste à côté le géranium lierre qui a été offert à Michel à la ferme.

Le jardin du kiosque reste fleuri mais je ne m’en occupe plus, pas assez motivée et trop fatiguant.

 

 

Les claustras

Quand je m’installe sous la pergola pour lire, les chiens me suivent. En général, Haendel se couche le long du banc, la tête dessous, histoire d’être plus près. Gluck prend le côté claustras, et, comme à son habitude, il s’affale comme une masse… dans les fleurs. Quand il se relève, il y en a une bonne partie de saccagée. Les filles se dispersent, une devant la grille, l’autre dans sa cachette et la dernière se couche derrière le banc.

C’est très agréable pour moi de passer un moment dans cet espace magnifiquement décoré par Laurence Candido.. Actuellement elle prépare un magnifique projet pour l’entrée extérieure de l’enclos des chats

https://lebestiaireimaginairedelaurencecandido.wordpress.com/2018/07/16/nouveau-projet-en-cours-pour-le-pli-du-soleil/

 –

Le champ

J’aime beaucoup l’aspect des graminées le main de très bonne heure

 

Dès que le soleil est un peu plus haut, les couleurs se modifient rapidement

 

 –

Le grand terrain

C’est le point de vue que nous avons au moment de quitter le champ avant de traverser le grand terrain pour rejoindre la maison. Europe le parcourt toujours en laisse depuis l’accident de Be Bop.

 

 

 

Pour voir l’article dans le journal du Pli du Soleil

Nature, juillet 2018-2