• Gluck et Haendel

Léonbergs en août (suite)

Léonbergs en août 2018-2

Europe

 

 

Gluck

Il commence à avoir des difficultés pour soulever sa grosse carcasse. Il s’essouffle chaque fois qu’il a une émotion et elles sont fréquentes chez lui. Par exemple, dès qu’il me voit après une absence de quelques minutes, quand il entend la voiture de Michel arriver, lorsqu’il est amoureux de Jolas, Jarouska ou Europe, etc….

Gluck et Jolas

 

Haendel

Haendel a un comportement canin atypique. Selon les moments de sa vie, ce comportement est plus ou moins accentué. Dans les périodes intensives,  il peut paniquer et ne plus reconnaître son entourage ou suivre son idée quel que soit celui qui est en face de lui. Il colle sa truffe contre celle de l’autre, renifle la personne ou l’animal cm par cm et ponctue l’endroit identifié par un coup de tête. Il peut se montrer obstiné et marcher sur tout ce qui est sur sa trajectoire. Il impose son désir de venir en aide quitte à s’affaler sur le blessé ou le malade. Il n’est donc pas étonnant que, de temps en temps, une réaction négative (mais toujours modérée) se manifeste.

Grâce à lui, nous assistons à une sanctuarisation du comportement compassionnel au Pli du Soleil. Il suffit que je m’allonge sur le canapé, pour avoir aussitôt un paquet de chiens émotifs, qui vérifient mon confort. Gluck me fait des bisous baveux sur le visage ou appuie la tête et le haut de son corps sur ma poitrine, Jarouska pose un coin de fesses sur mon ventre, Jolas lèche chaque doigt de pied délicatement, Europe observe timidement et Haendel, gémit,  hurle et pédale dans le vide pour me rejoindre car il doit estimer qu’il est le seul à pouvoir m’apporter le support dont j’ai activement besoin. Au moindre gémissement de la part de Haendel, une partie se regroupe autour de lui pendant que l’autre partie me signale sa grande détresse en m’incitant à me déplacer vers lui.

Haendel et Gluck

Haendel réfléchit lentement et assimile les informations selon un système qui lui est propre. Il semblerait qu’il ait intégré de travers l’exaspération ponctuelle  de ses congénères.  Quand il ne va pas bien, il vient donc demander des câlins, présente ce qui a besoin d’être dorloté, se laisse lécher béatement de la tête aux pieds par Gluck puis on le voit réfléchir comme s’il avait oublié une étape, et, d’un seul coup, il mord (un peu) ou grogne (très fort) puis il frétille tout content car il a bien fait les choses. Le problème, c’est que les chiens intègrent à leur tour le comportement du petit. Il faut donc être attentif à tous les moments sympas et changer les idées avant cette étape négative pour éviter  qu’elle ne devienne systématique.

Sur cette série de photos, c’est Haendel qui a une baisse de moral et qui sollicite Gluck en venant se coucher dans ses pattes et en prenant la tête de circonstance.

 

Gluck prend son expression de gros nounours tendre

 

 –

Haendel cherche le contact, se rapprochant en rampant sur le sol, puis posant sa patte sur celle de Gluck

 

Il présente les endroits à réconforter

Gluck le materne et  monte la garde

 Puis il y a le moment de réflexion, dans le style Haendel,  moment que je vais interrompre aussitôt

 

Gluck bien obéissant se relève en me regardant et Haendel s’étire pour réclamer d’autres câlins

 

 –

Haendel et Europe

Il est venu se coucher vers elle et elle en est très fière, elle apprécie la demande.

 

 

Jarouska

Avec la maturité, les deux sœurs s’épanouissent (un peu trop) physiquement.

 

 

 

 

Jolas

Je pense qu’on peut la qualifier de « plantureuse » sans risques d’erreurs.

 

  

 

 

Les deux sœurs

Leur arrivée dans le champ.

Lorsqu’elles sont complices comme cela c’est qu’elles ont une idée derrière la tête et souvent, c’est Gluck qui en fait les frais car elles le mènent par le bout de la truffe.

Elles n’hésitent pas à prendre la pose émoustillante qui va le mettre en transe quittent ensuite à le rabrouer vertement car il les aura courtisées d’un peu trop près.

 

Pour voir l’article dans le journal du Pli du Soleil

Léonbergs en août-2

  • Laurence Candido

Domaine des chats (suite)

Domaine des chats-2

Porte intérieure

En 2017, J’ai demandé à Laurence Candido de relooker une porte d’accès vers le domaine des chipies. C’est celle qui se trouve à l’intérieur de la maison, dans la pièce des hirondelles. Laurence a fait un projet avec des éléments découpés qu’il ne me restait plus qu’à poser sur la porte. Avec Michel, nous avons fait un premier essai mais nous avions positionné l’arbre trop haut et le fond  bleu clair de la porte ne me satisfaisait pas

http://journal2017.lejournaldupli.fr/2017_dossiers/domaine_chipies.htm

Un deuxième essai  nous convient mieux. J’ai photographié le ciel bressan depuis mon jardin, demandé qu’il soit transformé en poster de porte et Michel a repositionné les éléments dessus.

 http://journal2017.lejournaldupli.fr/2017_dossiers/domaine_chipies_2.htm

 Il y a encore quelques compléments que nous pourrions envisager dans l’espace à côté, mais il faut tenir compte des hirondelles et de leur habitude de marquer le territoire avant la migration. Ce sont plusieurs arrivages groupées d’une dizaine d’hirondelles qui tournent rapidement dans la pièce en envoyant des déjections sur les murs, exactement comme un chien marque en levant la patte. Après nettoyage, notre odorat humain ne sent plus rien alors que l’odorat des autres animaux reste ultra sensible. Je pense, par exemple, à Be Bop qui, depuis son accident est capable de reconnaitre un vétérinaire en costume de ville et se réfugie aussitôt dans mes bras. Après le départ saisonnier des hirondelles nous nettoyons la pièce. Il faut donc que tout ce qui reste accessible aux hirondelles soit lessivable ou soit protégé par des petites tablettes.

Porte extérieure

Avant

Cette année, je lui ai demandé si elle serait tentée d’améliorer l’aspect de la porte qui permet d’entrer dans l’enclos des chats.par l’extérieur. j’ai pris les dimensions et donné une petite description  : « Au dessus de la porte, il y a le filet protecteur pour les chats, filet envahi peu à peu par la glycine. Sur la droite c’est la fenêtre de la chambre par où les chats regardent les oiseaux (hirondelles en été et beaucoup d’autres variétés pour les autres saisons). Sous la fenêtre vous avez un petit aperçu de la symphonie de bottes indispensables pour nous et nos invités quand on va en promenade dans le champ. C’est l’espace le plus fréquenté quotidiennement et je regrette son manque actuel de poésie et de rêve. »

Le projet

Laurence a aussitôt envoyé un projet qui me plait beaucoup

Puis, elle a posté progressivement l’évolution d’une partie de son travail sur son blog

https://lebestiaireimaginairedelaurencecandido.wordpress.com/2018/07/16/nouveau-projet-en-cours-pour-le-pli-du-soleil/

et

https://lebestiaireimaginairedelaurencecandido.wordpress.com/2018/07/23/extrait-dun-tableau/

J’ai guetté la voiture de la poste tous les jours. Une fois le colis réceptionné et déballé, il a fallu le mettre à l’abri en  attendant que le temps s’améliore, la canicule ayant laissé la place à la pluie. Puis il a fallu attendre que Michel soit disponible (il avait des travaux en cours)

Préparation

Michel doit sortir la porte de ses gonds, la poser sur des tréteaux à l’ombre,  puis résoudre les problèmes de fixation, ce qui n’est pas simple !

La porte est installée

Il n’y a pas de plan plus large car cette porte est un élément d’un autre projet possible qui engloberait une surface complémentaire.

Dans le colis, il y avait aussi un galet de l’amitié sur lequel Laurence a peint la tête de Jarouska quand elle était toute jeune.

  

Pour voir l’article dans le journal du Pli du Soleil

Portes des chats

Le domaine des chats

Domaine des chats 2018

Pour entrer dans le domaine des chats il y a une porte dans la maison et une autre à l’extérieur. Nous avons demandé à Laurence Candido de nous les décorer. Pour la porte intérieure, cela a été fait l’an dernier et pour la porte extérieure nous venons de recevoir les tableaux. J’en reparlerai un peu plus tard quand le temps nous laissera la possibilité de les installer car, si j’ai fait des photos de leur domaine pendant la canicule, actuellement, c’est pluie, grêle et orage !

Pendant la canicule

Les chats sont dehors malgré la chaleur.  Je vais voir dans leur enclos s’ils sont bien protégés. Il y a des haies tout autour et plusieurs arbres. Celui qui est au centre a beaucoup profité cette année. Sur cette photo qui en représente une partie,  vous pouvez apercevoir sur la droite, le banc qui entoure le tronc et sur la gauche, deux chats qui se reposent sous son ombre. Quand il a toutes ses feuilles, les chipies ne grimpent pas dans ses branches.

Be Bop

Les buses en ciment sont un bon endroit pour se rafraichir. Be Bop aime beaucoup les utiliser comme une niche, anti chaud ou anti pluie selon la saison.

 

 

 

Be Wa

Be Wa fait ses griffes sur la racine d’un autre arbre de leur enclos

 

 

Dièse

Elle a l’esprit un peu plus joueur depuis quelques temps et je trouve de plus en plus souvent les trois noires ensemble.

 

 

Les chipies, Moumine et Ma P’tite Mue

J’ai toujours beaucoup de mal à les différencier. Pourtant, Ma P’tite Mue est plus lourde, a les joues plus rondes, moins de blanc sur le poitrail, mais, je le vois seulement quand elles sont côte à côte. Une des deux est un peu plus anxieuse et vient chercher refuge contre moi quand l’orage gronde trop fort ou quand il y a un bruit inattendu. Elle essaie  de se glisser par l’encolure de mon chemisier pour être plus près.

 

 

Pour voir l’article dans le journal du Pli du Soleil

Chez les chats

La nature en août 2018

Août 2018-2

Les arbres fruitiers

 Il y a déjà plusieurs années, à l’entrée du champ, nous avions planté des arbres fruitiers. Certains sont morts rapidement, d’autres ont pris leur temps. Nous les laissons se débrouiller, ils subissent la pluie, le soleil, les inondations du terrain et la sécheresse de la terre argileuse. Quelques arbres ne se sont pas remis des entailles sur la base du tronc par la tondeuse. Par endroits, Michel a rajouté du grillage pour sauvegarder l’intégrité des jeunes arbres. Tout cela pour dire que nous ne sommes pas des cultivateurs, même amateurs. Quelques arbres commencent à donner des fruits après avoir végétés un très long moment. Notre connaissance des arbres étant limite et le souvenir de ce que nous avons planté est aussi limite. Seuls les fruits, quand il y en a nous indique la nature réelle de ce que nous avons planté.

Un pommier

Un arbre indéterminé

Là, j’étais persuadée que nous avions planté un prunier. Au bout d’une dizaine d’année nous avons enfin des fruits. Cela donne pour certaines branches, quelque chose qui ressemble à des nèfles

et pour d’autres branches du même arbre quelque chose qui ressemble à des poires

 

Le pied de vigne

L’an dernier il y a eu une petite grappe. Cette année, il y en a beaucoup mais la vigne semble en mauvais état. Jarouska adore manger le raisin vert, je n’aurai certainement pas l’occasion de dire si la production était bonne

Le saule pleureur

Les vinaigriers

A la tombée de la nuit

 

Pour voir l’article dans le journal du Pli du Soleil

août 2018_2