Léos en septembre 2018-2

Léos en septembre 2018

Le groupe

Recherche des odeurs de lapins ou de faisans

Europe

 –

 

 

 

Haendel est amoureux d’Europe. Cela peut vouloir dire qu’Europe a une diarrhée ou une plaie suintante.

 

Dans ce cas, c’est un magnifique hot spot qui se développe sur le bas du dos d’Europe. Heureusement, elle se laisse bien soigner. J’ai coupé un maximum de poils, bien désinfecté au savon de Marseille puis j’ai mis une pommade grasse calmante et antibactérienne. Au bout d’une semaine environ, comme la progression du hot spot était ralentie mais non stoppée,  j’ai changé de méthode et je suis passée à un nettoyage avec de la bétadine. J’ai souvent constaté, pour les problèmes de peau, qu’une alternance de protocole, indépendamment de l’ordre utilisé, entrainait une réaction bénéfique. La  peau réagit positivement.et rapidement au nouveau traitement.

Gluck et Europe

 

Haendel

J’ai oublié mon appareil de photos. Je retourne le chercher et je confie Haendel à Michel. Je ressors de la maison. Haendel est planté au milieu du terrain et refuse d’avancer, comme un petit Cadichon, tant que je ne suis pas à côté de lui.

 

 

Haendel et Jolas

Cette fois, c’est bien Jolas qui soigne  et remonte le moral de Haendel. Il racontait sa vie sur un ton larmoyant.

 Jolas est venue se coucher contre lui et elle lèche avec précaution la patte qui sert de support quand Haendel essaie de se lever. Il doit y avoir une inflammation. Je vais lui refaire une cure de Meloxicam.

 

Elle termine par quelques bisous réconfortants.

 

Jarouska

 

 

Gluck et Haendel sont amoureux de Jarouska. Comme pour Europe précédemment , Jarouska a, soit une diarrhée, soit un bobo. Les comportements des mecs canins sont bien prévisibles! Vérification faite, Jarouska a un début de hot spot sur la queue. Elle a arraché les poils et la peau est à vif. Il y a des aoutats dans l’herbe et j’ai trouvé une tique sur le dos de Gluck. Au retour de la promenade, tous les chiens et toutes les chattes ont une pipette antipuces et tiques sur le dos, à titre préventif

 

Jolas

 

  

 

Jolas et Haendel

 

Jolas et Gluck

 

  Jolas et Jarouska

Elles viennent d’apercevoir Gluck couché à l’ombre d’un chêne, les voilà solidaires !

 

 

Europe, Jolas, Jarouska et Michel

 –

Malgré le soleil, le froid matinal est bien là quand on voit la buée qui sort de la gueule des chiennes

 

 

 –

 

 

 

 

 

Visites

 Il pleut légèrement et le froid. J’ai fais très peu de photos, elles étaient floues, humides et de dos car je n’ai pas eu le courage de devancer le groupe.

Donc, voici quelques dos humains, quelques popotins canins et quelques têtes des léos de la fratrie du Berceau de la Muyre.

Jivago

Judoc

 

Jazira

Pour voir l’article dans le journal du Pli du Soleil

Léos en septembre (suite)

  • Gluck 7 ans

Gluck a 7 ans

Anniversaire de Gluck Zouzou du Temple d’Artémis

Altéa-Sigalou du Temple d’Artémis x Chabal du Chapeau de Gendarme

Né le 20/09/2011

Gluck a 7 ans, le 20 septembre 2018

Gluck a 7 ans

Gluck mesure 87 cm au garrot et pèse 85 kg (au régime car il était monté à plus de 100 kg)

Son site

Gluck est souvent positionné pour revenir vers moi,. ou bien,  il prend l’air nunuche, ou il essaie de se faire tout petit….Bref, les photos sont rarement représentatives de ce qu’il est vraiment.

Un gros balourd au cœur tendre

 Il est plus facile de le photographier quand il se couche à mes pieds, à condition qu’il veuille bien attendre que je m’éloigne un peu pour faire la mise au point et qu’il ne se roule pas de joie dans l’herbe humide.  Les photos sont post-roulades.

 

 –

Le fait d’avoir l’objectif dans sa direction semble créer un lien qu’il apprécie.

 

 

 –

 –

 

Gluck et Jolas

Elle mène Gluck par le bout de la truffe . Elle sait aussi qu’il est plus puissant qu’elle à poids presque égal (85 kg pour Gluck et 82 kg pour Jolas). Elle impose son point de vue en utilisant le jeu et le charme, mais, quand il le faut, elle est capable de remonter les bretelles à chaque chien du groupe.

 

 –

La file indienne

L’arrivée et le départ du champ se fait souvent en file indienne. ici c’est Gluck qui est en tête suivi par Haendel puis Jarouska. Le chien qui mène n’est pas obligatoirement le chef de meute puisque Jolas est rarement en tête et il en a été de même de la plupart des chefs précédents.  Jolas est plus facilement celle qui ferme la marche et, dans ce cas, une distance est gardée entre elle et le groupe. Haendel prend facilement la tête du groupe ou se place derrière Gluck ou reste en arrière. La place de dernier, souvent à distance de la file indienne semble être plus significative. Jolas attend Haendel pour clôturer la marche ou elle vérifie qu’il reste bien à la maison avant de nous suivre. Europe est très souvent en tête mais le plus souvent elle se détache aussi de la file indienne, en position d’éclaireur. Jarouska occupe facilement la troisième place dans la file, cela semble être un endroit neutre.

 

Gluck en laisse

  Pour pouvoir le photographier, j’ai demandé à Michel de le tenir en laisse. Europe se rapproche pour bénéficier de la même attention mais elle n’ose pas en faire de trop. Gluck hésite entre rester debout et s’assoir.

 Haendel n’est pas en laisse mais il vient spontanément se placer de l’autre côté de Michel pour faire comme Gluck.

 

Jolas n’apprécie pas le rapprochement de Gluck avec Michel, c’est un privilège non justifié car c’est elle le chef de meute. Elle se glisse doucement entre eux deux et prend la place de Gluck. A aucun moment, elle n’a considéré Haendel comme un concurrent.

 

 –

Couleur de robe

 C’est la promenade du soir, le soleil amorce sa descente. La fourrure de Gluck prend toute la lumière. C’est une des caractéristique de sa robe « fauve charbonnée masque noir ». En simplifiant beaucoup, une robe « fauve charbonnée masque noir » ou « sable charbonnée masque noir » est une « robe composée » qui contient des pigments sombres ou charbonnés (eumélanine de brun à noir)  et des pigments clairs ou fauves (phéomélanine de jaune à roux). Le mélange se fait sur  toute la longueur du poil, depuis la base plus claire jusqu’à la pointe plus ou moins charbonnée. Toujours en simplifiant beaucoup  et sans rentrer dans la complexité des gènes présents (dont les gène de blanc, de dilution, de grisonnement etc.) , dans l’ombre, dans le soleil ou face à un flash, les variations s’affichent, le masque et la robe sont plus ou moins roux, plus ou moins charbonnés.

 

Pour avoir des précisions sur la nomenclature des robes, il faut aller sur le site de la Société Centrale Canine ou se lancer dans la lecture (très complexe) de livres sur la génétique des animaux. Le livre de référence basique étant celui du Professeur Bernard  Denis  : Génétique et Sélection  aux éditions PMCAC

Pour voir l’article dans le journal du Pli du Soleil

Gluck, 7 ans

  • Jolas et Haendel

Les léos en septembre 2018

Les léos en septembre 2018

Europe

Michel a pris quelques jours de vacances dans sa famille. Première promenade matinale dans le champ, sans lui, Europe part très vite hors de ma vue. Au 3/4 de la promenade, de loin, je l’aperçois. Elle est couchée devant la chaise que Michel a l’habitude d’utiliser

Quelques petits moments de cafard

Mais, c’est une battante, elle remonte la pente et décide de rester positive.

Le petit coup de blues terminé, elle participe de nouveau à toutes les activités,

  Elle surveille la cuisson du repas, lèche le fond  du récipient qui contenait la viande de leur futur repas ménager (c’est son privilège, chaque chien de la maison en a un), me suit sagement en promenade, me fait des bisous et des câlins et…. me réveille à 6 h du matin (je ne lui en demandais pas temps !)

 

A son retour, Michel lui a offert un vieux tapis qu’il a ramené d’une de ses visites. Cela lui a fait plaisir, elle l’a utilisé aussitôt et, le lendemain, elle a présenté une méga plaque d’allergie que je soigne. Le tapis partira à la décharge

Les vinaigriers me font penser régulièrement aux tableaux du Douanier Rousseau, même s’il me semble qu’il n’y en ait pas de représentés dans ses œuvres. J’ai seulement trouvé, parmi ses délires imaginatifs,  des feuilles semblables mais avec des fruits qui ressemblent à des oranges.

Gluck

 

Toujours près de moi, je compte beaucoup pour lui.  Il vieillit.  Le fait de maigrir, contrairement à ce que l’on pense, donne l’impression d’avoir aggravé son état général au lieu de l’améliorer. Cela se voit dans la baisse de son endurance à l’effort et celle du seuil de résistance de sa « mécanique » physique.

 

 

 

 

Un oiseau, photographié de très loin, que je n’ai pas réussi à identifier. A cette distance, c’est aussi gros qu’un faisan mais je ne trouve pas que cela lui ressemble

Haendel

Les autres chiens viennent de se précipiter dehors, Haendel s’est seulement redressé et reste attentif.

 

 Sa participation aux conversations téléphoniques dépend de la voix qu’il reconnait. Pendant l’absence de Michel, chaque fois qu’il m’a appelé, Haendel a voulu être le premier à expliquer le programme de la future journée ou les faits passés  et cela d’une voix forte, volubile et joyeuse. Quand il commence, tous les chiens rappliquent, reconnaissent la voix de Michel, font la fête autour de nous et Europe court s’assoir devant la porte pour l’attendre.

Les promenades sont devenues aléatoires pour lui. Quelquefois, il vient avec nous, d’autres fois il reste à la maison ou bien il arrive tardivement et reste à l’entrée du champ. Il lui arrive aussi de faire un tour complètement seul ou de descendre jusqu’au fond du champ, faire demi-tour et rentrer à la maison.

 

 

Un des « chats » que Simone me rapporte de ses voyages autour du monde. Si je ne me trompe pas, il provient de Madagascar. C’est une rencontre amusante et originale entre le métal et les perles. J’ai pensé qu’il irait bien à proximité des fuchsias.

Haendel et Jolas

Quand un chien a besoin de réconfort, il vient le demander à celui qui lui semble le plus accessible. Il y a quelques jours de cela, Haendel avait demandé à Gluck de lui remonter le moral. Comme j’étais à côté, j’avais bien vu Haendel se déplacer et se loger dans les pattes de Gluck et je réalise ses difficultés croissantes pour gérer son train arrière.

Dans le cas de la série de photos suivantes, je ne sais pas quel est le chien demandeur et c’est dommage. Je ne peux pas me fier à l’expression, car, si, en général, elle correspond à l’état physique ou moral de chacun,  le chien compassionnel peut prendre un air de chien battu, le chien qui a besoin d’être aidé peut prendre un air victorieux.

Connaître le chien « demandeur » est une information utile pour essayer d’anticiper un problème et tenter de lui apporter une solution.

 

Il peut y avoir beaucoup d’interprétations pour un même geste, c’est le contexte qui permet d’affiner. Il faut prendre en compte, l’âge, l’état de santé, le rang social dans le groupe, le sexe, etc..

Un exemple parmi d’autres: le léchage d’oreilles

C’est un bon exemple pour montrer des raisons diverses de ce geste et la nécessité de le remettre dans un contexte pour le comprendre.

Cela peut simplement signifier qu’un chien à l’oreille sale ou irritée et un autre va la lui nettoyer avec plus ou moins d’efficacité. Souvent le « soigneur » bave abondamment dans l’oreille accentuant une inflammation ou une otite.

 

 On retrouve aussi ce geste de la part du chien affaibli, en direction du chien qui vient de le soutenir, dans ce cas, c’est un toilettage de remerciement.

 

 A d’autres moment, c’est une reconnaissance d’un statut. Le chef de meute tend son oreille (ou sa babine ou une autre partie de son corps )  et tous les autres chiens viennent faire un brin de toilettage plus ou moins symbolique.

Cela peut être aussi un échange entre une mère et son petit (toute sa vie, Tsiouydi a fait la toilette de son fils Don Gio) ou une transposition de ce comportement entre une jeune chef de meute nouvellement promue avec un chien adulte très bébé dans sa tête. Etc… Etc….

 

Actuellement, je préfèrerai que ce soit Haendel le demandeur ou Jolas qui commence à exercer son nouveau rôle  de chef de meute. Je n’aimerais pas découvrir que Jolas couve quelque chose de grave et a besoin de réconfort. D’un autre côté, à 4 ans 1/2, Jolas peut commencer à avoir des problèmes normaux et classiques du  léo adulte, exactement comme on en retrouve chez un humain entre quarante et cinquante ans.

 

Jarouska

 

Jarouska est parfaitement adaptée à une vie en meute. Elle connait, les codes en usage dans le groupe, elle est satisfaite de sa place et aucun chien ne la lui conteste.

 

 –

 

 

 

 

Jolas

 

 –

Elle a bien intégrée l’éducation donnée par Blue et l’exemple donné par Don Gio. Elle a fait un synthèse du comportement de ces deux léos, elle y a ajouté son fond personnel très équilibré et une petite pointe du comportement d’Europe.  L’ensemble donne un chef de meute comme je les aime, bien dans ses baskets et gérant en douceur mais de façon efficace son groupe de léos… et de chats.

 

Pour voir l’article dans le journal du Pli du Soleil

Léos en septembre

  • Gluck et Haendel

Léonbergs en août (suite)

Léonbergs en août 2018-2

Europe

 

 

Gluck

Il commence à avoir des difficultés pour soulever sa grosse carcasse. Il s’essouffle chaque fois qu’il a une émotion et elles sont fréquentes chez lui. Par exemple, dès qu’il me voit après une absence de quelques minutes, quand il entend la voiture de Michel arriver, lorsqu’il est amoureux de Jolas, Jarouska ou Europe, etc….

Gluck et Jolas

 

Haendel

Haendel a un comportement canin atypique. Selon les moments de sa vie, ce comportement est plus ou moins accentué. Dans les périodes intensives,  il peut paniquer et ne plus reconnaître son entourage ou suivre son idée quel que soit celui qui est en face de lui. Il colle sa truffe contre celle de l’autre, renifle la personne ou l’animal cm par cm et ponctue l’endroit identifié par un coup de tête. Il peut se montrer obstiné et marcher sur tout ce qui est sur sa trajectoire. Il impose son désir de venir en aide quitte à s’affaler sur le blessé ou le malade. Il n’est donc pas étonnant que, de temps en temps, une réaction négative (mais toujours modérée) se manifeste.

Grâce à lui, nous assistons à une sanctuarisation du comportement compassionnel au Pli du Soleil. Il suffit que je m’allonge sur le canapé, pour avoir aussitôt un paquet de chiens émotifs, qui vérifient mon confort. Gluck me fait des bisous baveux sur le visage ou appuie la tête et le haut de son corps sur ma poitrine, Jarouska pose un coin de fesses sur mon ventre, Jolas lèche chaque doigt de pied délicatement, Europe observe timidement et Haendel, gémit,  hurle et pédale dans le vide pour me rejoindre car il doit estimer qu’il est le seul à pouvoir m’apporter le support dont j’ai activement besoin. Au moindre gémissement de la part de Haendel, une partie se regroupe autour de lui pendant que l’autre partie me signale sa grande détresse en m’incitant à me déplacer vers lui.

Haendel et Gluck

Haendel réfléchit lentement et assimile les informations selon un système qui lui est propre. Il semblerait qu’il ait intégré de travers l’exaspération ponctuelle  de ses congénères.  Quand il ne va pas bien, il vient donc demander des câlins, présente ce qui a besoin d’être dorloté, se laisse lécher béatement de la tête aux pieds par Gluck puis on le voit réfléchir comme s’il avait oublié une étape, et, d’un seul coup, il mord (un peu) ou grogne (très fort) puis il frétille tout content car il a bien fait les choses. Le problème, c’est que les chiens intègrent à leur tour le comportement du petit. Il faut donc être attentif à tous les moments sympas et changer les idées avant cette étape négative pour éviter  qu’elle ne devienne systématique.

Sur cette série de photos, c’est Haendel qui a une baisse de moral et qui sollicite Gluck en venant se coucher dans ses pattes et en prenant la tête de circonstance.

 

Gluck prend son expression de gros nounours tendre

 

 –

Haendel cherche le contact, se rapprochant en rampant sur le sol, puis posant sa patte sur celle de Gluck

 

Il présente les endroits à réconforter

Gluck le materne et  monte la garde

 Puis il y a le moment de réflexion, dans le style Haendel,  moment que je vais interrompre aussitôt

 

Gluck bien obéissant se relève en me regardant et Haendel s’étire pour réclamer d’autres câlins

 

 –

Haendel et Europe

Il est venu se coucher vers elle et elle en est très fière, elle apprécie la demande.

 

 

Jarouska

Avec la maturité, les deux sœurs s’épanouissent (un peu trop) physiquement.

 

 

 

 

Jolas

Je pense qu’on peut la qualifier de « plantureuse » sans risques d’erreurs.

 

  

 

 

Les deux sœurs

Leur arrivée dans le champ.

Lorsqu’elles sont complices comme cela c’est qu’elles ont une idée derrière la tête et souvent, c’est Gluck qui en fait les frais car elles le mènent par le bout de la truffe.

Elles n’hésitent pas à prendre la pose émoustillante qui va le mettre en transe quittent ensuite à le rabrouer vertement car il les aura courtisées d’un peu trop près.

 

Pour voir l’article dans le journal du Pli du Soleil

Léonbergs en août-2

Léonbergs en août 2018

Léonbergs en août 2018

Le départ dans le champ

Jolas et Jarouska sont les premières à réclamer la promenade

mais, une fois dehors, elles attendent que Michel et Europe soient prêts pour leur emboiter le pas. Les 3 chiennes s’entendent bien et elles parcourent souvent le champ ensemble.

 

 Si Haendel ne s’est pas levé, Jolas hésite à nous rejoindre ou elle fait carrément demi-tour. Elle se sent responsable du petit.

Dans le champ

Il faut y aller très tôt le matin ou très tard le soir sinon il ne reste plus d’ombre suffisante pour les chiens

  Dans le champ, Jolas et Jarouska mangent des glands. Jarouska ajoute des baies acidulées ou tous les fruits verts qu’elle peut trouver. Rien que de les regarder, elle en salive de concupiscence.

Je n’aurai certainement pas l’occasion de goûter aux raisins car ils n’arriveront pas à maturité. Jarouska prend les grappes au complet dans sa gueule puis elle tire pour les arracher du pied.

Le soir, les chiens chipotent sur leur nourriture et laissent des gamelles presque pleines.  Comme cela dure depuis plusieurs jours, je décide de les peser. Je verrai en fonction des résultats s’il faut améliorer l’alimentation avec des petites gourmandises Sur un léonberg, une très grosse mue peut entrainer une perte de 2 ou 3 kilos, je ne doit donc pas m’inquiéter s’il y a 1 ou 2 kilos en moins, les mues de cet été n’ont pas été sévères.

Europe

Elle pèse 47 kg et a perdu 3 kg, il ne faut pas que cela descende de trop, c’est la plus légère du groupe.  Ses possibilités d’adaptation sont infinies. Maintenant, elle fait comme Jarouska, elle coupe et suce des tiges de Grande Berce. Là seule chose qui l’inquiète c’est quand Michel s’absente. Sinon, elle passe calmement ses nuits dans son enclos,  Haendel l’a bien compris, il ne se couche plus contre sa porte. Le matin, c’est la course et les jeux dans le champ

Le soir, les promenades sont plus calmes, la chaleur est encore perceptible.

 

 Au moment des pauses, Jarouska est acceptée très facilement par les autres chiens quand elle se glisse contre eux. Europe fait comme tout le monde, elle tolère sa présence.

 

 

Europe contre le dos de Jarouska

 

Gluck

Il pèse 86 kg, il a encore perdu 2 kg, il continue de fondre (il avait dépassé les 100 kg à un moment donné!).

 Ce n’est pas son poids qui est inquiétant mais les difficultés qu’il a pour se ventiler Il halète, bave et les muqueuses sont très colorées.

Plus récemment, il commence à avoir des difficultés pour lever sa carcasse sans glisser. Le soir, il serait plus à l’aise dehors, quand la température baisse, au lieu de se caler  au pied de mon lit mais il refuse de s’éloigner de moi et ne le fait que lorsque la nuit est bien avancée.

  

 

Quand il a trop chaud, il bave et il a des hauts le cœur.

 

Gluck et Jolas

Gluck et Jarouska

Haendel

Il pèse 75 kg, 1kg de moins, cela ne compte pas. Le train arrière pose de plus en plus de problèmes, raide, serré, les pattes crochètent entre elles comme lorsqu’il avait 5 ou 6 mois. Il prend appui sur l’avant droit pour se tracter et le poignet faiblit de plus en plus.  Il  se promène moins facilement avec nous. Souvent, Jolas reste en arrière et, s’il se décide à venir malgré tout, après un long moment de réflexion, nous les voyons arriver ensemble. La dernière fois, ce sont les deux sœurs qui l’ont motivé pour la promenade. Nous étions assis à mi-parcours quand nous l’avons vu arriver à petits pas, bien encadré par Jarouska et Jolas, très fières de leur exploit.

 –

Vérification du ciel et de ses hypothétiques dangers

 

 Il améliore chaque jour sa communication vocale. On dirait que ce qu’il perd en locomotion, il le compense en verbiage. Il a toute une gamme d’expressions vocales qu’il module sur un ambitus assez large et sur des rythmes et des niveaux sonores très variés. Il complète cela avec des mouvements de tête, on dirait vraiment qu’il essaie de me parler. Il a retrouvé aussi la mauvaise habitude  de faire comme il veut quand il veut, quel que soit l’avertissement donné par le chien en face. Jolas le réprimande en  grognant fortement et en lui claquant les dents à ras de la truffe. Europe râle mais elle reste encore tolérante. Gluck est moins patient et l’autre nuit, il y a eu une explication musclée. Au petit matin, Haendel avait un beau coquart sur l’œil droit et maintenant, chaque fois que Gluck le croise, Haendel grogne.

Jarouska

Elle pèse 70 kg et reste stable. Sur elle, la mue n’interfère pas sur une perte de poids éventuelle et c’est normal car même si le poil est mort, elle tient à le garder et n’apprécie pas les brossages. La peau est saine quand elle me laisse regarder à travers le sous-poil feutré.

 

 

 

 

 

 

 

 

Jolas

Jolas picore, une ou deux croquettes puis elle se sert directement sur l’arbre pour prélever une pomme pour le dessert et cela lui suffit pour la journée. A ce régime, elle a pris 3 kg et en pèse donc 83. Difficile de comprendre comment elle fonctionne mais elle fait comme Vasthi autrefois : plus le régime est sévère, plus la prise de poids est importante. J’arrive à comprendre les personnes qui affirment prendre 1 kg rien qu’en regardant la vitrine du pâtissier!

 

 

 

 

 

 

 

 En soirée, devant la porte de la cuisine

 

Pour voir l’article dans le journal du Pli du Soleil

léos en aout