Reflexions

Réflexions

OLYMPUS DIGITAL CAMERA

Je suppose que je suis comme tout le monde, verbalement je m’exprime un peut vite, je m’emballe, je tranche, le timbre, l’intensité l’intonation, le débit  de ma voix change en fonction du sujet ou de mes interlocuteurs,  je m’exprime avec le corps,  les mains bougent, et, si mon taux de sucre est un peu haut, je refais le monde. A ce moment là, je suis avec des personnes que je connais, qui me connaissent et, si je dis une bêtise, j’espère qu’elles ne m’en voudront pas. Par écrit j’essaie d’être un peu plus structurée, j’essaie d’argumenter, je pèse le pour et le contre, je me dis qu’il existe beaucoup de façon de voir ou d’approcher un sujet et que ce n’est pas parce qu’une personne n’agit pas ou ne pense pas comme moi qu’elle a tort ou raison.

Quand on utilise internet, on se retrouve dans une situation ambivalente, c’est à la fois de l’oral sans son complément gestuel et auditif , on étale une grande intimité, on parle  à son ordinateur ou autre support exactement comme avec un correspondant connu au téléphone. L’écrit se présente comme du verbal avec des phrases courtes, spontanées, éparpillées, des mots qui pour le lecteur, n’auront pas le même sens que celui qu’on leur donne et des expressions que l’on ne pourra pas faire évoluer en fonction de la réaction de son interlocuteur, cela ressemble à un journal de bord ou un journal intime que l’on écrit dans la précipitation,  pour soi ou pour 2 ou 3 interlocuteurs connus et qui se retrouve lu potentiellement par n’importe qui.

J’ai mis un lien sur Facebook à propos d’un site d’infos tout azimut comme on en trouve fréquemment mais qui est proposé par une vétérinaire, ce qui sous-entendra, à mon avis, des renseignements corrects pour ce qui touche à la santé .

http://catedog.com/

Les réactions des internautes ont été positives sauf pour une personne (lecteur FB) qui, en survolant les conseils qui touchent à sa spécialité a commenté :

  • lecteur FB : »dommage que l’on ait encore des conneries écrites sur le comportement canin , franchement cette profession n’évoluera jamais ! « 

  • moi « Je comprends votre point de vue et je me dis que les vétérinaires doivent avoir la même réaction s’il leur arrive de lire les conseils que les internautes échanges sur la santé de leurs animaux »

  • lecteur FB : « la différence c’est que les internautes sont la plupart du temps des particuliers alors que là nous avons des diplômés des écoles vétérinaires soit 5 ans d’études au moins sans spécialité »

J’ai préféré continuer cet échange typiquement facebookien par une réponse un peu plus « écrite » mais, sa longueur prête peu à une lecture sur un support de média social, c’est pour cette raison que je la reporte ici

Vous abordez un débat qui m’intéresse et qui prête à réflexion : Je le verrais ainsi : une personne ayant une compétence dans un créneau précis a-t-elle le droit d’exprimer des connaissances pointues et/ou généraliste sur un même site de diffusion grand public sans y apporter la citation des sources et la neutralité d’écriture wikipédienne (par exemple) ou ne doit-elle s’exprimer exclusivement que dans son créneau de formation ?

Je m’explique :

C’est vrai, on est en droit d’attendre d’une personne ayant fait au moins 5 année d’études sur la santé, la même compétence que l’on pourrait trouver chez un médecin généraliste vis-à-vis de nous. Une connaissance plus pointue étant l’apanage de  spécialistes qui se forment (pour les vétérinaires comme pour les médecins) après le cursus de base.

Ces années d’étude forment un socle de connaissance, c’est le côté « scientifique », la compétence évoluera avec la pratique et le côté « artiste ou subtil » s’affinera peut être au cours du temps permettant de trouver la réponse adaptée à bon nombre de situations.

Une bonne part des internautes qui peuvent lire nos échanges sont des particuliers mais pas seulement ! Ils peuvent être aussi, en même temps,  des comportementalistes, des éducateurs, des éleveurs amateurs ou professionnels, etc . On est en droit d’attendre de leur part une bonne compétence dans leur créneau mais dans notre monde actuel on ne peut plus se vanter d’être pluridisciplinaire et encore moins, d’être à la pointe de connaissances multiples. S’ils s’expriment sur un sujet dont ils ne dominent pas toutes les approches, faut il pour autant nier en bloc toutes leurs autres connaissances ?

On est aussi en droit d’attendre  pour chaque personne exerçant un métier  en rapport avec le monde animal au moins ces 3 composantes : formation théorique de base, compétence acquise et « sens artistique » car c’est peut être cela qui pourrait estomper le flou qui règne entre l’amateur et le professionnel

Si je prends le cas d’un site ou d’un blog :

S’il est écrit par une seule personne sur un éventail de connaissances large il y aura immanquablement des lacunes. Libre aux lecteurs d’apporter le complément d’information ou le correctif sur un point de vue obsolète, à condition que l’auteur soit lui aussi conscient de ses limites et que la contradiction soit étayée.

 

S’il est écrit par plusieurs personnes ayant des connaissances pointues dans leur branche de connaissance, un sujet peut être traité de façon redondante ou avec des points de vue opposés et cela peut générer du trouble pour la mise en ligne ou pour le lecteur sans être un moteur de progrès car il n’y a pas d’échanges

 

S’il est écrit de façon collaborative, il va s’enrichir de la comparaison des connaissances  de chacun et du choix pertinent qui en ressortira, mais cela demandera beaucoup  de concertations et beaucoup de diplomatie. L’être humain est un animal et, comme lui, il sera plus réceptif sur le long terme à une approche positive, mais, pouvons-nous ou voulons-nous prendre le temps de nous poser et de discuter sereinement ?

Pour laisser un commentaire vous avez une version blog