• Nature en septembre 2018

Nature en septembre 2018

Nature en septembre 2018

Le matin, la brume est souvent présente

 

 

 

 

Les hirondelles sont parties début septembre. les premiers passages d’étourneaux ont eu lieu le 10 septembre. Les premières mésanges sont venues réclamer aux mangeoires le 20 septembre. Les pies, corneilles ou corbeaux ont pris la place des petits oiseaux au sommet des arbres. Depuis l’ouverture de la chasse, les faisans sont de retour dans le champ.

 

 

 

 

 

Pour lire l’article dans le journal du Pli du Soleil

Nature, septembre 2018

  • Gluck 7 ans

Gluck a 7 ans

Anniversaire de Gluck Zouzou du Temple d’Artémis

Altéa-Sigalou du Temple d’Artémis x Chabal du Chapeau de Gendarme

Né le 20/09/2011

Gluck a 7 ans, le 20 septembre 2018

Gluck a 7 ans

Gluck mesure 87 cm au garrot et pèse 85 kg (au régime car il était monté à plus de 100 kg)

Son site

Gluck est souvent positionné pour revenir vers moi,. ou bien,  il prend l’air nunuche, ou il essaie de se faire tout petit….Bref, les photos sont rarement représentatives de ce qu’il est vraiment.

Un gros balourd au cœur tendre

 Il est plus facile de le photographier quand il se couche à mes pieds, à condition qu’il veuille bien attendre que je m’éloigne un peu pour faire la mise au point et qu’il ne se roule pas de joie dans l’herbe humide.  Les photos sont post-roulades.

 

 –

Le fait d’avoir l’objectif dans sa direction semble créer un lien qu’il apprécie.

 

 

 –

 –

 

Gluck et Jolas

Elle mène Gluck par le bout de la truffe . Elle sait aussi qu’il est plus puissant qu’elle à poids presque égal (85 kg pour Gluck et 82 kg pour Jolas). Elle impose son point de vue en utilisant le jeu et le charme, mais, quand il le faut, elle est capable de remonter les bretelles à chaque chien du groupe.

 

 –

La file indienne

L’arrivée et le départ du champ se fait souvent en file indienne. ici c’est Gluck qui est en tête suivi par Haendel puis Jarouska. Le chien qui mène n’est pas obligatoirement le chef de meute puisque Jolas est rarement en tête et il en a été de même de la plupart des chefs précédents.  Jolas est plus facilement celle qui ferme la marche et, dans ce cas, une distance est gardée entre elle et le groupe. Haendel prend facilement la tête du groupe ou se place derrière Gluck ou reste en arrière. La place de dernier, souvent à distance de la file indienne semble être plus significative. Jolas attend Haendel pour clôturer la marche ou elle vérifie qu’il reste bien à la maison avant de nous suivre. Europe est très souvent en tête mais le plus souvent elle se détache aussi de la file indienne, en position d’éclaireur. Jarouska occupe facilement la troisième place dans la file, cela semble être un endroit neutre.

 

Gluck en laisse

  Pour pouvoir le photographier, j’ai demandé à Michel de le tenir en laisse. Europe se rapproche pour bénéficier de la même attention mais elle n’ose pas en faire de trop. Gluck hésite entre rester debout et s’assoir.

 Haendel n’est pas en laisse mais il vient spontanément se placer de l’autre côté de Michel pour faire comme Gluck.

 

Jolas n’apprécie pas le rapprochement de Gluck avec Michel, c’est un privilège non justifié car c’est elle le chef de meute. Elle se glisse doucement entre eux deux et prend la place de Gluck. A aucun moment, elle n’a considéré Haendel comme un concurrent.

 

 –

Couleur de robe

 C’est la promenade du soir, le soleil amorce sa descente. La fourrure de Gluck prend toute la lumière. C’est une des caractéristique de sa robe « fauve charbonnée masque noir ». En simplifiant beaucoup, une robe « fauve charbonnée masque noir » ou « sable charbonnée masque noir » est une « robe composée » qui contient des pigments sombres ou charbonnés (eumélanine de brun à noir)  et des pigments clairs ou fauves (phéomélanine de jaune à roux). Le mélange se fait sur  toute la longueur du poil, depuis la base plus claire jusqu’à la pointe plus ou moins charbonnée. Toujours en simplifiant beaucoup  et sans rentrer dans la complexité des gènes présents (dont les gène de blanc, de dilution, de grisonnement etc.) , dans l’ombre, dans le soleil ou face à un flash, les variations s’affichent, le masque et la robe sont plus ou moins roux, plus ou moins charbonnés.

 

Pour avoir des précisions sur la nomenclature des robes, il faut aller sur le site de la Société Centrale Canine ou se lancer dans la lecture (très complexe) de livres sur la génétique des animaux. Le livre de référence basique étant celui du Professeur Bernard  Denis  : Génétique et Sélection  aux éditions PMCAC

Pour voir l’article dans le journal du Pli du Soleil

Gluck, 7 ans

Le site des hirondelles depuis 2006

Le site des hirondelles depuis 2006

En cliquant sur l’année, un lien s’ouvre vers la page correspondante sur le site des hirondelles.

Année 2006

Année 2007

Les hirondelles sont présentes mais je ne tiens pas encore un site régulièrement, donc pas de photos de la vie quotidienne

Année 2008

Année 2009

Année 2010

Année 2011

Année 2012

Année 2013

Année 2014

Année 2015

Année 2016

Année 2017


Année 2017 (suite)

Année 2018

Année 2018 (suite)

 

Hirondelles, le départ 2018

Hirondelles, le départ 2018

Août 2018

Depuis l’envol de leur deuxième nichée, les hirondelles adultes n’ont pas essayé d’en refaire une troisième. Le temps, très chaud ne doit pas s’y prêter.

 

Début août, les oisillons sont revenus dormir dans leur nid et voler sous le préau.  Puis, tout doucement, leur présence s’est espacée pour ne plus passer qu’épisodiquement, Je suppose que ce sont d’anciens oisillons qui volaient à quelques mètres de moi sous la pergola.

 –

Les hirondelles sont rentrées dans la phase préparatoire de la migration.

Elles mangent, se reposent, viennent se coucher tôt (17 h) et se lèvent tardivement (10 ou 11 h du matin) Dans la nuit du 19 au 20 août, elles ne sont pas rentrées dormir et elles sont revenues le lendemain matin, en piaillant très fort parce que seule la fenêtre était ouverte (insuffisant à leur goût).

 –

 Entre les premières nuits où elles découchent et le départ définitif de la région, il peut se passer 1 mois.

 

Il y a plusieurs grands départs. En général, je n’en vois plus dans la pièce pendant plusieurs nuits et, si elles ne sont pas encore aptes à partir, elles reviennent dormir dans la pièce jusqu’au regroupement suivant.

 –

 

Septembre 2018

 

06/09/2018

Depuis quelques jours, il n’y a plus qu’une seule hirondelle qui rentre dormir et cette nuit, elle n’est pas venue. Dans le champ, il y a encore quelques hirondelles qui volent très haut au dessus de nos têtes.

09/09/2018

Il y a un grand rassemblement d’hirondelles sur les fils électriques, le long de la route.

Au fur et à mesure des années

Année Date d’arrivée Date de départ
 2006 le 3 mai, deux hirondelles visitent la maison. non noté
 2007 non noté non noté
 2008 non noté non noté
 2009 la première hirondelle arrive le 14 avril. le 20 septembre, nous voyons un dernier regroupement.
 2010 la première hirondelle arrive le 15 avril. le 12 septembre, nous avons encore des hirondelles qui dorment dans la pièce.
 2011 la première hirondelle arrive le 01 avril. le 11 septembre, nous avons un regroupement dans l’arbre en face de la porte.
 2012 la première hirondelle arrive le 11 avril le 10 septembre, nous voyons les dernières hirondelles
 2013 la première hirondelle arrive le 22 mars le 20 septembre, nous voyons les dernières hirondelles
 2014 la première hirondelle arrive le 22 mars le 06 septembre il y a encore des hirondelles qui dorment dans la maison. Je n’ai pas noté le départ définitif.
 2015 la première hirondelle arrive  le 16 mars le 05 septembre, nous voyons les 4 dernières hirondelles dans le champ. 
 2016 la première hirondelle arrive le 19 mars le 01 septembre, il n’y a plus d’hirondelles dans la maison.
 2017 la première hirondelle arrive le 29 mars le 21 septembre nous voyons la dernière hirondelle dans la maison  et des regroupements en extérieur le 22 septembre.
 2018 la première hirondelle arrive  le 06 avril dans la maison le 06 septembre nous voyons la dernière hirondelle dans la maison et des regroupements en extérieur le 09 septembre

Pour voir l’article dans le journal du Pli du Soleil

Le départ

Les léos en septembre 2018

Les léos en septembre 2018

Europe

Michel a pris quelques jours de vacances dans sa famille. Première promenade matinale dans le champ, sans lui, Europe part très vite hors de ma vue. Au 3/4 de la promenade, de loin, je l’aperçois. Elle est couchée devant la chaise que Michel a l’habitude d’utiliser

Quelques petits moments de cafard

Mais, c’est une battante, elle remonte la pente et décide de rester positive.

Le petit coup de blues terminé, elle participe de nouveau à toutes les activités,

  Elle surveille la cuisson du repas, lèche le fond  du récipient qui contenait la viande de leur futur repas ménager (c’est son privilège, chaque chien de la maison en a un), me suit sagement en promenade, me fait des bisous et des câlins et…. me réveille à 6 h du matin (je ne lui en demandais pas temps !)

 

A son retour, Michel lui a offert un vieux tapis qu’il a ramené d’une de ses visites. Cela lui a fait plaisir, elle l’a utilisé aussitôt et, le lendemain, elle a présenté une méga plaque d’allergie que je soigne. Le tapis partira à la décharge

Les vinaigriers me font penser régulièrement aux tableaux du Douanier Rousseau, même s’il me semble qu’il n’y en ait pas de représentés dans ses œuvres. J’ai seulement trouvé, parmi ses délires imaginatifs,  des feuilles semblables mais avec des fruits qui ressemblent à des oranges.

Gluck

 

Toujours près de moi, je compte beaucoup pour lui.  Il vieillit.  Le fait de maigrir, contrairement à ce que l’on pense, donne l’impression d’avoir aggravé son état général au lieu de l’améliorer. Cela se voit dans la baisse de son endurance à l’effort et celle du seuil de résistance de sa « mécanique » physique.

 

 

 

 

Un oiseau, photographié de très loin, que je n’ai pas réussi à identifier. A cette distance, c’est aussi gros qu’un faisan mais je ne trouve pas que cela lui ressemble

Haendel

Les autres chiens viennent de se précipiter dehors, Haendel s’est seulement redressé et reste attentif.

 

 Sa participation aux conversations téléphoniques dépend de la voix qu’il reconnait. Pendant l’absence de Michel, chaque fois qu’il m’a appelé, Haendel a voulu être le premier à expliquer le programme de la future journée ou les faits passés  et cela d’une voix forte, volubile et joyeuse. Quand il commence, tous les chiens rappliquent, reconnaissent la voix de Michel, font la fête autour de nous et Europe court s’assoir devant la porte pour l’attendre.

Les promenades sont devenues aléatoires pour lui. Quelquefois, il vient avec nous, d’autres fois il reste à la maison ou bien il arrive tardivement et reste à l’entrée du champ. Il lui arrive aussi de faire un tour complètement seul ou de descendre jusqu’au fond du champ, faire demi-tour et rentrer à la maison.

 

 

Un des « chats » que Simone me rapporte de ses voyages autour du monde. Si je ne me trompe pas, il provient de Madagascar. C’est une rencontre amusante et originale entre le métal et les perles. J’ai pensé qu’il irait bien à proximité des fuchsias.

Haendel et Jolas

Quand un chien a besoin de réconfort, il vient le demander à celui qui lui semble le plus accessible. Il y a quelques jours de cela, Haendel avait demandé à Gluck de lui remonter le moral. Comme j’étais à côté, j’avais bien vu Haendel se déplacer et se loger dans les pattes de Gluck et je réalise ses difficultés croissantes pour gérer son train arrière.

Dans le cas de la série de photos suivantes, je ne sais pas quel est le chien demandeur et c’est dommage. Je ne peux pas me fier à l’expression, car, si, en général, elle correspond à l’état physique ou moral de chacun,  le chien compassionnel peut prendre un air de chien battu, le chien qui a besoin d’être aidé peut prendre un air victorieux.

Connaître le chien « demandeur » est une information utile pour essayer d’anticiper un problème et tenter de lui apporter une solution.

 

Il peut y avoir beaucoup d’interprétations pour un même geste, c’est le contexte qui permet d’affiner. Il faut prendre en compte, l’âge, l’état de santé, le rang social dans le groupe, le sexe, etc..

Un exemple parmi d’autres: le léchage d’oreilles

C’est un bon exemple pour montrer des raisons diverses de ce geste et la nécessité de le remettre dans un contexte pour le comprendre.

Cela peut simplement signifier qu’un chien à l’oreille sale ou irritée et un autre va la lui nettoyer avec plus ou moins d’efficacité. Souvent le « soigneur » bave abondamment dans l’oreille accentuant une inflammation ou une otite.

 

 On retrouve aussi ce geste de la part du chien affaibli, en direction du chien qui vient de le soutenir, dans ce cas, c’est un toilettage de remerciement.

 

 A d’autres moment, c’est une reconnaissance d’un statut. Le chef de meute tend son oreille (ou sa babine ou une autre partie de son corps )  et tous les autres chiens viennent faire un brin de toilettage plus ou moins symbolique.

Cela peut être aussi un échange entre une mère et son petit (toute sa vie, Tsiouydi a fait la toilette de son fils Don Gio) ou une transposition de ce comportement entre une jeune chef de meute nouvellement promue avec un chien adulte très bébé dans sa tête. Etc… Etc….

 

Actuellement, je préfèrerai que ce soit Haendel le demandeur ou Jolas qui commence à exercer son nouveau rôle  de chef de meute. Je n’aimerais pas découvrir que Jolas couve quelque chose de grave et a besoin de réconfort. D’un autre côté, à 4 ans 1/2, Jolas peut commencer à avoir des problèmes normaux et classiques du  léo adulte, exactement comme on en retrouve chez un humain entre quarante et cinquante ans.

 

Jarouska

 

Jarouska est parfaitement adaptée à une vie en meute. Elle connait, les codes en usage dans le groupe, elle est satisfaite de sa place et aucun chien ne la lui conteste.

 

 –

 

 

 

 

Jolas

 

 –

Elle a bien intégrée l’éducation donnée par Blue et l’exemple donné par Don Gio. Elle a fait un synthèse du comportement de ces deux léos, elle y a ajouté son fond personnel très équilibré et une petite pointe du comportement d’Europe.  L’ensemble donne un chef de meute comme je les aime, bien dans ses baskets et gérant en douceur mais de façon efficace son groupe de léos… et de chats.

 

Pour voir l’article dans le journal du Pli du Soleil

Léos en septembre