28/08/2015

Vendredi 28 août 2015

Don Gio va mieux mais il a pris un coups de vieux. Lorsque je le caresse, ma main n’a plus la même sensation au niveau densité du corps, c’est moins compact, plus léger, un peu comme si l’ossature devenait poreuse avec l’âge. C’est une sensation que j’ai souvent retrouvée quand les chiens prennent de l’âge et c’est indépendant du poids sur la balance.

 

 

Blue a des moments où elle gémit sans raison évidente, cela passe si je la câline. Il lui arrive aussi de demander à sortir par une porte, j’ouvre, elle fait demi tour aussitôt et se recouche. Comme elle galope au moindre signal des petites, je me demande si elle n’a pas mal un peu partout ensuite, sinon, c’est le cerveau qui ventile mal et c’est un problème assez courant dans sa tranche d’âge.

Haendel ne sait plus où donner de la tête pour motiver les petits vieux, toujours de sa façon maladroite quand ils essaient de se reposer. Il veut faire jouer Don Gio et le tente aussi avec Blue mais en faisant attention, elle a la dent facile. Alors, ce soir, peut être fatigué par ses responsabilités de nounou,  il est resté au calme dans la maison pendant que nous étions en promenade et il nous a rejoint au retour. Tous les chiens lui ont fait fête, même Blue. Cela lui a fait tellement plaisir, qu’il me donnait de grands coups du plat de la tête en agitant son fouet pour monter sa bonne humeur.

Gluck

Il se laisse influencer par Jolas et Jarouska, elle lui ont appris à faire le grand bébé joyeux, complètement épanoui quand les maitres se réveillent ou reviennent après deux secondes d’absence ou partent en promenade. J’ai donc un jeune chiot de 80 kg qui gambade et saute autour de moi et essaie de me débarbouiller. C’est incompatible avec la dignité d’un chef de meute et surtout avec mon équilibre qui devient précaire.

Mine de rien, Jolas et Jarouska  influencent de plus en plus le comportement du reste du groupe. Elles gardent leur territoire avec beaucoup d’assurance, elles aident Haendel à devenir plus sûr de lui, elles le font jouer et il fait cadeau de sa croquette de temps en temps à Jolas. D’ailleurs, depuis qu’il progresse mentalement à grands pas, il a moins besoin de son doudou-croquette et peut passer plusieurs jours sans en avoir besoin à côté de lui. Il l’utilise encore pour provoquer Gluck en refaisant le coup de « je viens me coucher en face de toi, pattes dans pattes et je dépose ma croquette entre nous deux et tu n’as pas le droit de la toucher » Cela rend Gluck très nerveux

Jarouska

Elle dort contre sa sœur quand elles sont toutes les deux. Sinon, si Jolas est dans le groupe, Jarouska préfère être seule loin de tous. Elle piaule comme un bébé en sautant sur Don  Gio ou Gluck  quand elle veut jouer ou quand je me prépare à partir en promenade. Son rappel est un peu aléatoire. Si elle accepte avec plaisir un brossage du dos, elle n’aime pas être nettoyée sur les autres parties du corps et elle s’enfuit en prenant l’attitude d’un chien maltraité. Par Contre, quand elle a eu des petits abcès au niveau de la vulve, elle s’est laissée soigner

Jolas

Dans la maison, c’est la plus proche du groupe. Elle monte la garde facilement. Elle accepte de plus en plus de se faire brosser mais elle a encore tendance à me donner de grands coups de pattes pour exiger un câlin et si je ne suis pas contente elle pose doucement sa tête contre moi pour m’attendrir et je marche au quart de tour. En extérieure, elle fait à sa façon, avec ou sans les autres. Elle a un très bon rappel, elle revient comme un petit bolide heureux mais elle ne connait pas la pédale de frein à l’arrivée.

 

 

 

Pour voir l’article dans le journal du Pli du Soleil

28/08/2015

Laissez un commentaire