13/10/2016

Jeudi 13 octobre 2016

OLYMPUS DIGITAL CAMERA

Don Gio

Hier soir, les réactions physiques et émotionnelles sont arrivées. La paupière a commencé à gonfler, le pavillon d’oreille du même côté était tout rouge et mon bonhomme s’est mis à tourner en rond, entrer et sortir, manger de herbe de façon compulsive : il a eu 2 comprimés de Spasfon, du phosphalugel, un nettoyage du pavillon avec une compresse imbibée d’eau vinaigrée (c’est apaisant) et une mise au repos. Il a demandé à passer l’essentiel de sa nuit dehors sous le préau, le froid est un excellent anti inflammatoire, mais cela me donne l’impression de ne pas pouvoir être disponible à temps s’il fait une dilatation ou une torsion, c’est angoissant pour moi et bien sûr, le diabète en a profité en faisant le yoyo (j’en ai profité pour goûter une excellente confiture en plein milieu de la nuit)

Ce matin tout semble aller mieux, style mini bobo.

Europe

Au réveil, grand calme dans l’enclos. Arrivée dans la maison toujours sans bruit, Feedback a rejoint un coussin, Europe s’est couchée à côté de moi.

Promenade dans le champ

Les chiens se sont éparpillés mais le dernier quart du parcours était très discipliné avec tous les chiens derrière nous,  regroupés par affinité.


OLYMPUS DIGITAL CAMERA

J’aime beaucoup les nouvelles formations que l’on trouve sur internet sous forme de MOOC (« Massive Open Online Course » que l’on peut traduire par « cours en ligne ouvert et massif »)

Dans un MOOC qui commence proposé par Rue 89 : »Ecrire pour le web »,  les nouvelles habitudes de lecture et certaines statistiques m’ont intriguée. Par exemple :

  • On ne lit pas sur un écran comme on lit sur du papier, la vitesse de lecture y est inférieure d’au moins 25%
  • On cherche le sujet en haut de la page de gauche à droite, puis idem légèrement plus bas et ensuite directement en bas de la page, cela forme un genre de « F » visuel
  • En ligne on ne lit en moyenne que 28% des mots d’une page que l’on parcourt en diagonale
  • Le premier paragraphe est décisif pour donner envie de lire la suite, tout l’enjeu du sujet doit impérativement s’y trouver : (qui? quand? quoi? où? pourquoi?)
  • La structure du texte doit facilement être « scannable » par le regard
  • Au cours de la page le lecteur doit trouver régulièrement des points de repère pour déterminer les  informations pertinentes ou importantes
  •  les photos, les vidéos etc attirent le regard.
  • La lecture classique de gauche à droite n’est plus la norme, la trajectoire du regard n’est plus linéaire, l’œil sautille à la recherche d’une information ou d’un stimulus visuel digne d’intérêt puis fait des retours en arrière et balaie le contenu d’une page
  • En dehors de leur travail les lecteurs sont amenés à lire plus de 100 000 mots par jour
  • Par rapport à il y a 30 ans sont sommes exposés à 5 fois plus d’informations
  • Le cerveau a besoin de moins d’un 10ème de seconde pour comprendre le sens d’une scène qu’il voit en image
  • La présence de visuel de couleur augmente de 80%  notre envie de lire ce qui y est associé.
  • etc…..

Je me pose des questions :

Est ce que nos enfants, sauront ou auront envie de passer de ce type de lecture qui sera leur quotidien à la lecture livresque traditionnelle?  Ce sont deux modes de pensée fondamentalement différents, l’un qui fonctionne en « mode diffus », l’autre en « mode concentré », deux modes qui ne font pas appel aux mêmes emplacement dans le cerveau comme cela est le cas pour la lecture globale  et la lecture syllabique.

Je pense à la difficulté que peut représenter pour certains la lecture musicale qui utilise le sens horizontal de gauche à droite, le sens vertical (haut et bas), le note à note (équivalent du syllabique)  mais aussi les petites structures qui se lisent globalement, l’œil qui doit balayer la page, le cerveau qui doit l’analyser, l’ouïe qui doit  l’imaginer ….C’est à mon avis une des rares lectures qui permet de s’entrainer au passage rapide entre le mode concentré et le mode diffus.

En même temps ce tremplin de lecture musicale dans la mesure où il n’utilise que 7 noms (7 syllabes)  et un tremplin formidable pour l’apprentissage précoce de la lecture traditionnelle s’il est bien présenté.

Est ce que la lecture « classique », qui a besoin d’approfondissement, de temps disponible pour la savourer, de temps pour l’analyser cohabitera ou va-telle devenir une « lecture morte » ou une lecture réservée à une catégorie élitiste ?

Est ce que les enseignants sauront, auront la possibilité ou jugeront utile d’adapter cette nouvelle forme de lecture pour introduire et valoriser un système différent?


OLYMPUS DIGITAL CAMERA

Pour voir l’article dans le journal du Pli du Soleil

13/10/2016

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.